France
URL courte
Par
42446
S'abonner

Plus de besoin d’indiquer un «motif impérieux» pour pouvoir se déplacer entre la France et sept pays hors de l’espace européen: conformément à la décision du ministère des Affaires étrangères, la France va assouplir les conditions d’entrée et de sortie et ce, à partir du 12 mars.

Le Quai d’Orsay a annoncé dans un communiqué l’assouplissement des conditions d’entrée et de sortie du territoire national pour les déplacements hors de l'Union européenne. La mesure entrera en vigueur le 12 mars.

«Il ne sera plus nécessaire de justifier d’un motif impérieux pour les déplacements en provenance ou vers l’Australie, la Corée du Sud, Israël, le Japon, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et Singapour, du fait de la diffusion très large du variant britannique en France et de la situation sanitaire spécifique de ces pays», précise le ministère.

Cependant, la présentation d’un test PCR négatif datant de moins de 72 heures avant le départ demeure nécessaire pour les déplacements vers et depuis les pays de la liste.

Liste des motifs impérieux élargie

Le ministère ajoute que la liste des motifs impérieux et personnels avait été élargie «pour inclure l’ensemble des relations familiales et ajouter de nouvelles situations liées à l’éloignement familial pour les couples mariés et pacsés mais dont l’un des membres est établi à l’étranger pour raison professionnelle; les enfants mineurs scolarisés en France alors que le foyer familial est établi à l’étranger; les couples avec enfants, vivant l’un en France, l’autre à l’étranger et séparés».

La liste inclura aussi les étudiants passant un concours et les retours vers la résidence principale lorsqu’elle est établie en France, poursuit le Quai d’Orsay.

Depuis cinq semaines, le gouvernement prescrivait de présenter un motif impérieux pour toutes les entrées et sorties à destination ou en provenance d'un pays non européen. Pour entrer à partir d'un État européen, un test PCR est nécessaire, à l'exception des travailleurs transfrontaliers.

Lire aussi:

«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Quand Erdogan dit ce que Zelensky veut entendre: des politiques criméens commentent le soutien turc
Tags:
voyages, déplacement, Union européenne (UE), France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook