France
URL courte
Par
34234
S'abonner

Dans un entretien avec JDD, le rapporteur général du budget à l'Assemblée nationale a expliqué que cette nouvelle police d'Île-de-France Mobilités coordonnerait le patchwork composé de la Surveillance générale de la SNCF et la Sûreté de la RATP, et serait aussi complémentaire, dans les transports, à la police nationale et des polices municipales.

Le candidat LREM aux élections régionales en Île-de-France, Laurent Saint-Martin, par ailleurs rapporteur général du budget à l'Assemblée nationale, affirme vouloir créer une «police régionale» en faisant appel à des sociétés privées pour les lycées.

«Il faudra la mettre en cohérence avec les compétences régionales, donc la concentrer exclusivement sur les transports en commun et sur les lycées», précise le député du Val-de-Marne dans un entretien au JDD.

Selon lui, «cette nouvelle police d'Île-de-France Mobilités, placée sous l'autorité du président de Région, complétera et coordonnera le patchwork aujourd'hui composé de la Suge (Surveillance générale de la SNCF) et la Sûreté de la RATP. Elle sera aussi complémentaire, dans les transports, de la police nationale et des polices municipales».

«Je recruterai ou contractualiserai 500 agents dès la première année pour un coût annuel estimé à 80 millions d'euros», a ajouté le rapporteur général, reconnaissant un coût qui n'est «pas négligeable».

Pour les lycées, il entend «instaurer un modèle hybride» en ayant «recours à des sociétés de sécurité privées, dans un souci d'agilité et d'efficacité».

Dans les transports, il juge «indispensable» que cette police soit dotée d'armes létales.

Il estime qu'elle ne doit «pas se faire au détriment de la prévention» qui, selon lui, «a été délaissée ces dernières années».

Laurent Saint-Martin a été investi en vue des régionales de juin, le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, ayant jeté l'éponge. Outre Audrey Pulvar, il aura face à lui l'actuelle présidente de la région de droite Valérie Pécresse, Julien Bayou (EELV), Clémentine Autain (LFI) et Jordan Bardella (RN).

Lire aussi:

«Pas de ministres, pas d’hommes politiques»: Pierre-Jean Chalençon s’explique après sa garde à vue
«On n’a pas été écouté»: un réanimateur fait la leçon à Jean Castex
Repas clandestins: deux personnalités dévoilent publiquement leur expérience
Tags:
élections régionales, police, Île-de-France, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook