France
URL courte
Par
45543
S'abonner

Le variant breton du coronavirus, dont l’apparition a été annoncée lundi 15 mars par la direction générale de la santé, a reçu un nouveau nom. Gabriel Attal l’a qualifié de «variant du Trégor».

Lors d’une conférence de presse à l’issue du Conseil de défense mercredi 17 mars Gabriel Attal a évoqué les mesures et décisions qui ont permis de freiner et de contenir l’épidémie, d’empêcher l’hôpital d’être submergé et d’éviter une augmentation exponentielle du nombre de cas. Le porte-parole a également indiqué que la donne avait changé avec les variants, dont celui «du Trégor», et que «c’est presqu’une nouvelle épidémie qui a commencé».

«Ces variants continuent à changer la donne. Nous les surveillons scrupuleusement. C'est le cas des variants que nous avons bien identifiés. C'est aussi le cas de variants qui peuvent émerger et qui ont émergé encore récemment, comme le variant du Trégor, qui a été identifié sur plusieurs patients à l'hôpital de Lannion», a déclaré le porte-parole du gouvernement à la sortie du Conseil de défense du 17 mars, faisant ainsi référence au variant breton, dont l'existence a été confirmée par la direction générale de la santé (DGS) lundi.

Lannion (Côtes-d’Armor) est une commune de 20.000 habitants située dans le Trégor, une ancienne division administrative bretonne, qui constitue l'un des neuf pays de la Bretagne. M.Attal a ainsi donné un nom spécifique à la nouvelle souche.

Communiqué de la DGS

En Bretagne, les autorités sanitaires ont détecté plusieurs cas de malades présentant les symptômes du Covid mais dont les tests PCR étaient négatifs.

Le 15 mars, la direction générale de la santé (DGS) a notamment annoncé qu’un nouveau variant du Covid-19 avait été détecté au centre hospitalier de Lannion.

«Le 13 mars, 79 cas ont été identifiés, dont huit cas porteurs du variant, confirmés par séquençage», a indiqué la DGS dans un communiqué.

La DGS a précisé que des expérimentations auraient lieu «afin de déterminer comment ce variant réagit à la vaccination et aux anticorps développés lors de précédentes infections», ajoutant que les autorités internationales avaient été informées de sa découverte.

Lire aussi:

Et si les vaccins étaient inutiles et inefficaces? La France face au péril du variant brésilien
Finkielkraut «bug» en plein direct sur CNews, n’ayant pas compris que l’émission avait commencé – vidéo
De Lyon à Moscou pour le vaccin russe: un avocat français livre à Sputnik son expérience
Tags:
Covid-19, Direction générale de la santé (DGS) française, Gabriel Attal
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook