France
URL courte
Par
271159
S'abonner

Anticor a déposé plainte contre la sénatrice LR Joëlle Garriaud-Maylam pour détournement de fonds publics, rapporte Marianne. L’élue a nié les faits qui lui sont reprochés.

En septembre 2020, Anticor a déposé plainte contre la sénatrice Les Républicains (LR) des Français de l’étranger Joëlle Garriaud-Maylam, l’accusant d’avoir utilisé ses frais de mandat pour des dépenses privées et embauché une collaboratrice fictive, révèle Marianne jeudi 18 mars.

Plusieurs documents épluchés par l’association anticorruption «révèlent une utilisation régulière du compte Avance de frais de mandat (AFM) pour régler des dépenses privées», selon son avocate Carole Biot-Stuart. Le «Guide pratique des frais de mandat» mis en ligne par le Sénat indique que cette AFM s’élève à 5.900 euros mensuels.

Concrètement, la sénatrice a utilisé son compte recevant ces indemnités pour des dépenses liées à sa résidence secondaire, des frais de massage et d’esthétique, ainsi que des dépenses médicales et de pharmacie. C’est depuis ce compte que sont également prélevés sa taxe foncière et sa taxe d’habitation, précise Marianne, qui a également consulté ces documents.

Embauche d’une collaboratrice

Autre élément de la plainte, l’embauche d’une collaboratrice «afin de lui rédiger sa thèse de doctorat, qu’elle prétendait avoir déjà obtenue lors de sa campagne électorale de 2004», indique le texte de la plainte relayé par le magazine. «Cela démontre la volonté de détourner les fonds publics alloués par le Sénat pour un bénéfice purement personnel».

En effet, une archive du Sénat annonçant l’élection de Joëlle Garriaud-Maylam à ce poste cette année-là, qu’elle a conservé depuis, précise bel et bien qu’elle est «docteur en droit international». Contactée par Marianne, l’université Paris 1 a confirmé l’inscription de sa thèse, mais affirme que cette dernière n’a jamais été soutenue.

Réponse de la sénatrice

La principale intéressée dénonce «une cabale» et une machination «qui vise à me salir». Elle explique que son AFM est versée sur son compte bancaire personnel de façon tout à fait légale, tant qu’elle demande à ne pas se la faire rembourser par le Sénat, ce qu’a confirmé à Marianne le président du Comité de déontologie de la chambre haute, Arnaud Bazin.

Certains tickets de caisse et factures ont toutefois été scannés de sorte à en demander le remboursement. Une «erreur» de son collaborateur de l’époque, répond la sénatrice. Ce dernier explique avoir effectué «un tri» dans «une enveloppe de tickets à rentrer», laissant penser à une simple erreur.

Concernant l’embauche d’une collaboratrice et sa thèse, Mme Garriaud-Maylam évoque des «calomnies indignes» et assure n’avoir jamais obtenu sa thèse en 2004, contrairement à ce qui était indiqué sur le site du Sénat. Via cette affaire, Anticor dénonce également un manque de visibilité et d’externalité du Sénat dans le contrôle des frais des élus et réclame davantage de transparence de celui-ci.

Détournement de fonds

D’autres enquêtes visant des membres des Républicains se déroulent en parallèle, notamment concernant l’affaire du financement de séminaires par des élus LR et de l'UDI du conseil régional des Hauts-de-France.

En septembre 2019, Anticor avait également signalé les dépenses du conseil départemental des Alpes-Maritimes, présidé à l’époque par Éric Ciotti (LR). Une enquête le visant pour «détournement de fonds publics» a ensuite été ouverte en octobre 2020 par le parquet de Nice.

Lire aussi:

Et si les vaccins étaient inutiles et inefficaces? La France face au péril du variant brésilien
Finkielkraut «bug» en plein direct sur CNews, n’ayant pas compris que l’émission avait commencé – vidéo
De Lyon à Moscou pour le vaccin russe: un avocat français livre à Sputnik son expérience
Tags:
Anticor, frais, détournement de fonds, Les Républicains (LR), sénateur
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook