France
URL courte
Par
3519812
S'abonner

Avec plus de 90.000 morts depuis le début de la crise, la France est ébranlée par un virus qu’elle ne parvient toujours pas à contrôler. Toutefois, l’idée que cette comptabilisation des victimes soit une fourchette large et pèse moins que prévu sur la mortalité globale refait surface. Le point avec Gilles Pison, chercheur à l’INED.

Personne n’a encore trouvé la solution miracle pour débloquer la paralysie mondiale. En Europe occidentale, des vaccins tant attendus se voient suspendus, des variants émergent et inquiètent, les hôpitaux sont engorgés et le nombre de morts augmente. Pourtant, cette mesure de la mortalité ne fait toujours pas consensus et la responsabilité du Covid-19 est parfois difficile à évaluer. Cette semaine, une nouvelle étude de l’Institut national d’études démographiques (INED) entend ainsi apporter un éclairage sur l’impact réel du virus dans la hausse des décès en 2020 (en France du moins).

Le nombre d’incidences revu à la baisse?

Gilles Pison, professeur au Muséum national d’histoire naturelle et chercheur associé à l’INED, est l’auteur, avec sa consoeur France Maslé, d’un rapport édifiant. 
Interrogé par Sputnik, le démographe explique:

«L’objectif de cette étude n’était pas de minimiser la dangerosité du virus, ni de contester que 68.000 morts y sont liées pour la seule année 2020, mais d’effectuer un bilan complet de la surmortalité en France cette année-là par rapport à 2019, en passant en revue les différents facteurs de hausse du taux de mortalité [9,2 en 2019 contre 9,8 en 2020 selon l’Insee, ndlr].»

S’appuyant sur les chiffres de Santé publique France et de l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), les deux scientifiques se penchent sur les morts imputées au Covid et comparent la mortalité totale de l’année 2020 à celle de 2019, soit avant l’apparition du virus sur le territoire.

Taux de mortalité en France

Ainsi, sur 654.000 décès en 2020, le décompte officiel fait état de 65.000 directement causés par le Covid-19 –68.000 si l’on y ajoute les 5% survenus à domicile, non comptabilisés par Santé publique France qui ne rend compte que de ceux survenus à l’hôpital et dans les Ehpad. Or ces chiffres seraient une estimation trop rapide et trop large pour quantifier réellement la surmortalité du Covid. Selon Gilles Pison, au moins 13.000 d’entre eux seraient morts dans tous les cas du simple vieillissement de la population, lequel s’amplifie chaque année avec la stagnation de l’espérance de vie. Autrement dit, ces 13.000 décès attribués au virus l’auraient été de vieillesse.

«Certaines causes de décès ont en effet reculé par rapport à 2019. D’abord, il n’y a pas eu d’épidémie de grippe très meurtrière durant l’hiver 2019-2020. En 2018-2019, elle faisait, a contrario 12.000 morts. Il y a également eu moins de décès liés à des accidents de la route», explique Gilles Pison.

Comme l’année 2019 a connu 599.000 décès (soit 55.000 de moins qu’en 2020), l’excédent ne serait donc que de 42.000 morts en un an si l’on tient compte du vieillissement démographique intervenu entre 2019 et 2020. Selon Gilles Pison, il aurait entraîné au moins
13.000 décès en plus d’une année à l’autre en l’absence de progression de l’espérance de vie. Et si le nombre de morts liées au Covid-19 est supérieur à cet excédent annuel, c’est sans doute parce que les mesures pour freiner la propagation du virus ont entrainé une réduction de la mortalité liée à d’autres causes. Sans celles-ci, le nombre de morts en 2020 aurait été plus élevé encore.

Si, donc, l’année fut pour la France la plus meurtrière de son histoire récente, «une partie de ces décès supplémentaires s’explique par des évolutions structurelles», rappelait déjà Le Monde en janvier.

Des cas «difficiles à quantifier»

Pour autant, ces résultats relativisent-ils l’impact réel de l’épidémie? Gilles Pison avance une troisième cause à la baisse des morts hors Covid: la fameuse comorbidité, à savoir la ou les pathologies s’ajoutant à la maladie initiale, qui compte parmi les facteurs aggravant le coronavirus.

«Une partie des personnes qui sont mortes de Covid-19 en 2020 seraient de toute façon mortes en 2020 du fait de leurs pathologies. Cette part est pour l’instant difficile à quantifier, il manque la statistique complète des causes de décès ; c’est l’Inserm [Institut national de la santé et de la recherche médicale, ndlr] qui l’établit à partir des certificats médicaux de décès que les médecins remplissent et lui envoient ensuite. Des résultats devraient sans doute être disponibles dans le courant de cette année», rapporte notre interlocuteur.

La mortalité réellement causée par le virus pourrait donc être amenée à évoluer encore et semble aujourd’hui imprécise. 

En effet, les morts testés positifs furent le plus souvent classés parmi les victimes du virus alors même que certains souffraient de pathologies lourdes par ailleurs.

Ainsi, l’attribution des décès au Covid-19 peut-être controversée puisque certains résultent de différentes pathologies. Gilles Pinson penche toutefois du côté de la responsabilité immédiate du virus: «Pour un certain nombre de cas, le virus a été la goutte d’eau qui a précipité le décès», résume-t-il, en précisant qu’il en a été l’élément déclencheur.

Une crise sanitaire à relativiser?

Ceci étant dit, l’excédent réel évalué  à 42.000 morts par le chercheur est-il moindre ou demeure-t-il colossal? À titre comparatif, la surmortalité a été d’environ «20.000 décès supplémentaires dans les hivers 2016-2017 et 2017-2018, 12.000 dans l’hiver 2018-2019».

Celle-ci serait «directement imputable à la grippe dans 70% des cas environ lors des hivers les plus meurtriers, soit environ 14.000 décès en 2016-2017, autant en 2017-2018, et 8.000 durant l’hiver 2018-2019», précise l’étude. La canicule de 2003 avait, elle, été responsable d’environ 19.000 morts. Des chiffres qui restent certes moins importants que ceux de l’épidémie de Covid. Toutefois, celle-ci «a connu deux vagues distinctes et la deuxième n’est pas terminée et on parle maintenant de troisième vague», nous rappelle Gilles Pison. Il n’y aurait donc pas une, mais deux épidémies à prendre en compte.

«Le bilan global demeure tout de même accablant, avec une hausse incroyable du nombre de morts entre 2019 et 2020. Il reste quoi qu’il en soit 68.000 décès sur la seule année 2020 en lien avec le virus. Et le tout, avec toutes les mesures prises pour freiner sa propagation. Imaginons ce qu’il en aurait été sans elles», insiste le démographe.

Du reste, si l’on observe son taux de mortalité, le virus tue un habitant sur 1.000 en moyenne, rappelle le professeur Pison. Une létalité qui n’est pas aussi élevée qu’elle y paraît, déclarait quant à lui le professeur Raoult au micro de Sputnik fin janvier. «La mortalité est de l’ordre de 1 à 3 pour 1.000 tandis que, habituellement, pour un pays comme le nôtre, elle est de l’ordre de 1,3, ce qui ne change pas non plus énormément et n’est pas très différent des années où la grippe sévit plus gravement», relativisait l’épidémiologiste.

Autre point qui incite à tempérer l’impact de la pandémie, l’étude de l’INED dévoile, une mortalité par Covid-19 chez les plus âgés qui n’est pas nécessairement supérieure aux autres causes. Pour les plus de 85 ans, par exemple, la grippe de 2015 s’est révélée plus meurtrière.

Des chiffres qui conduisent à penser que les mesures sanitaires ont épargné de nombreuses victimes et permis d’alléger le bilan 2020. Mais qui ne sauraient éteindre la controverse sur l’impact des confinements à répétition sur l’ensemble de la société.

Lire aussi:

Des policiers sud-africains emprisonnent un badaud pour cacher l’évasion d’un détenu
Frégates FREMM: touché-coulé de Fincantieri sur Naval Group au Maroc?
La France visée par des attaques plus graves que celles de Pegasus, selon les autorités
Tags:
démographie, France, Covid-19, mortalité
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook