France
URL courte
Par
5367
S'abonner

Marlène Schiappa a réitéré ses critiques à l’égard du parti EELV en raison du financement polémique d’une mosquée par la mairie écologiste de Strasbourg. Les explications de la maire ont quant à elle été réfutées par la préfète du Bas-Rhin.

Après les déclarations de Gérald Darmanin, Marlène Schiappa a récemment multiplié les critiques envers Europe Écologie Les Verts (EELV) en raison du financement de la mosquée Eyyub Sultan par la mairie verte de Strasbourg. Une subvention normalement légale grâce au concordat en Alsace, sauf que l’association Millî Görüs qui porte le projet est considérée comme proche de l’islamisme politique et du pouvoir turc.

«Manifestement, dans les faits, il y a une complicité avec l’islam politique», a déclaré mercredi 24 mars sur CNews la ministre déléguée en charge de la Citoyenneté. Elle reproche à la maire EELV de Strasbourg de ne pas avoir de position claire par rapport à ces subventions. Dans la même journée, sur BFM TV, elle a déclaré que «les Verts ont un problème avec les principes de la République».

La veille, elle avait également assené sur LCI que le parti écologiste se trouve «sur une pente très glissante vis-à-vis de l’islamisme radical» voire «flirte dangereusement avec ses thèses». Sur RMC/BFM TV, Gérald Darmanin avait condamné la mairie de Strasbourg qui «n’aurait pas dû financer une ingérence étrangère sur notre sol».

Des propos qui n’ont pas du tout plu à Julien Bayou, secrétaire national d’EELV, lequel a réagi ce jeudi sur Radio Classique. «Je demande solennellement à ces deux ministres des excuses ou à leur Premier ministre de les recadrer», a-t-il lancé en référence à M. Darmanin et Mme Schiappa, qu’il menace d’attaquer en justice pour diffamation.

Réponse de la maire

Face à la polémique, la maire de Strasbourg, Jeanne Barseghian, a envoyé une lettre à Emmanuel Macron qu’elle a également diffusée ce 24 mars sur son compte Twitter. Elle y explique n’avoir jamais été alertée ou mise en garde par les services de l’État sur ce projet ou l’association pro-turque.

Elle lui demande ainsi de partager «les éléments dont il dispose afin de pouvoir garantir le respect des valeurs de la République sur notre territoire».

La préfecture dément

Cependant, dans un communiqué publié dans la foulée, la préfète du Bas-Rhin Josiane Chevalier affirme que «sur bien des points, cette lettre fournit des informations inexactes». Elle assure notamment avoir signifié en personne sa «préoccupation sur le sujet», «et ce à plusieurs reprises».

«Mme la Maire indique que la délibération du conseil municipal de Strasbourg prévoit que le versement de la subvention au profit de Millî Görüs est conditionné au respect par l’association des valeurs de la République. C’est également inexact», poursuit la préfète.

Elle indique finalement que cette association est «proche des Frères musulmans*», «prône un islam rigoriste», et «a également milité ces derniers jours contre la Convention d’Istanbul qui favorise la lutte contre les violences faites aux femmes», le tout dans une période où le gouvernement s’engage «à lutter contre toutes les formes de séparatisme».

 

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Il donne des coups de pied à une voiture de police de Sevran, son interpellation dégénère – vidéo
«Affaire Rafale»: le scandale de trop pour le Parquet national financier?
Un avion de reconnaissance US intercepté sur fond de regain des tensions entre Washington et Moscou – vidéo
Délinquance et insécurité: les Français voient-ils juste ou sont-ils aveuglés par les faits divers?
Tags:
préfecture, Gérald Darmanin, Marlène Schiappa, Europe Ecologie les Verts (EELV), mosquée, Mairie de Strasbourg
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook