France
URL courte
Par
9040
S'abonner

Pas de cinéma, de théâtre et de concerts: le secteur culturel est l’un des plus touchés par l’épidémie de coronavirus en France ainsi qu’en Europe. Incapable de gérer le stress causé par les multiples annulations d’événements musicaux, le claveciniste François Grenier a mis fin à ses jours.

«Il avait beaucoup moins d’énergie, il était tellement triste des annulations de concert». Le claveciniste François Grenier, âgé de 39 ans, s’est donné la mort le 17 mars. Selon Nord Littoral, le musicien, originaire d'Avesnes-sur-Helpe, dans le Nord, résidait à Lille. Il codirigeait l'ensemble de musique ancienne Hemiolia avec la violoncelliste Claire Lamquet.

«Un net changement» de comportement

Dans La Lettre du musicien, un site de référence pour les musiciens professionnels et les professionnels de la musique classique, Mme Lamquet a expliqué que le claveciniste, «un amoureux inconditionnel de la musique», ne «supportait plus les annulations de concert».

«Avec la crise sanitaire, et en particulier à partir du deuxième confinement, j’ai senti un net changement dans le comportement de François […]. Cette saison devait être la plus importante de l’histoire de notre ensemble, avec des tournées prévues en Bolivie, au Québec, une Passion selon Saint-Jean de Bach avec le Concert d’Astrée…»

«Il s’était renfermé dans sa bulle»

La violoncelliste lui disait de profiter de cette période «pour penser à l’avenir», préparer des projets, «mais il était de plus en plus fuyant».

«Il s’était renfermé dans sa bulle, et ressassait les annulations. L’avenir l’inquiétait de plus en plus, il en avait une peur panique, car il y avait de moins en moins de report de nos concerts. Il craignait aussi que l’année blanche pour l’intermittence du spectacle ne soit pas prolongée», poursuit-elle.

Selon Claire Lamquet, au-delà du travail ils étaient «tous amis». «La plupart des musiciens sont originaires du Nord, nous parlons ch’ti en répétition! François était un joyeux luron, mais par contre à l’extérieur il pouvait être timide. C’était une personnalité ultra-sensible.»

«J’ai aujourd’hui du mal à imaginer redonner les projets artistiques que nous avions conçus ensemble. Il faudra se réinventer, mais ce ne sera plus jamais pareil», conclut-elle.

Le secteur culturel dans la tourmente

D’après une étude publiée par l'EY, l'un des plus importants cabinets d'audit financier au monde, le secteur culturel a perdu en 2020 en Europe «environ 31% de son chiffre d'affaires».

«Le spectacle vivant (-90% entre 2019 et 2020) et la musique (-76%) sont les plus touchés. Les arts graphiques, l’architecture, la publicité, les livres, la presse et l’audiovisuel font face à des baisses de -20% à -40% de chiffre d’affaires par rapport à 2019. Seule l’industrie des jeux vidéo semble tenir bon avec une croissance d’environ 9% de son chiffre d’affaires.»

Le tableau qui se dessine pour 2021 est également assez sombre. «Les conséquences économiques pour la culture vont se prolonger sur 2021 de façon assez certaine», indique Marc Lhermitte, l'auteur du rapport.

Lire aussi:

Repas clandestins: deux personnalités dévoilent publiquement leur expérience
Il donne des coups de pied à une voiture de police de Sevran, son interpellation dégénère – vidéo
«Affaire Rafale»: le scandale de trop pour le Parquet national financier?
Tags:
Covid-19, théâtre, cinéma, concert, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook