France
URL courte
Par
91329
S'abonner

Face à la circulation du Covid-19 qui s'est intensifiée au sein des établissements scolaires, la fermeture de ces derniers, souvent décrite comme un «dernier recours» par l'exécutif, ne semble plus pouvoir être écartée. Après les médecins et politiciens, les simples citoyens paraissent eux aussi se ranger à cet avis.

Les écoles vont-elles pouvoir rester ouvertes en pleine épidémie? Cette question doit être évoquée lors du Conseil de défense sanitaire de ce 31 mars. En attendant l’allocution d’Emmanuel Macron, BFM TV, se référant à ses sources, affirme que l’exécutif penche pour l'instant pour la fermeture des écoles et ce dès vendredi.

«Cette mesure s'appliquerait au plan national plutôt que dans les seuls 19 départements concernés à ce jour par les restrictions renforcées», indique BFM TV.

La fermeture a également été prônée par la maire de Paris. Invitée sur BFMTV-RMC le 31 mars, Anne Hidalgo décrit une «situation très grave» en expliquant que 850 classes sont fermées ce mercredi matin alors qu’elles étaient 255 dimanche soir.

«C'est une désorganisation très grande. Sur Paris on a environ 20.000 élèves qui ne sont pas en classe soit parce qu'ils sont malades soit parce que les classes sont fermées».

​«Un des lieux majeurs de la contamination»

Pour l'épidémiologiste Antoine Flahault, «les écoles représentent certainement un des lieux majeurs aujourd'hui de la contamination».

«Une fois qu'on a fermé les bars et les restos, la vie culturelle, la vie sportive, qu'il y a le couvre-feu, que beaucoup de gens sont en télétravail... Il n'y a plus beaucoup de possibilités de contamination chez les adultes», a-t-il commenté sur RTL.

Reconnaissant la contagion dans les écoles, collèges et lycées, Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France FHF, a pour sa part appelé sur BFM TV à être «réaliste» face à la nécessité d'une fermeture. Selon lui, «le protocole actuel de fermeture des classes au 1er cas détecté conduit à ce que les écoles ferment d'elles-mêmes».

Les Français sont-ils pour?

Mais quid des Français? Selon un sondage réalisé par YouGov pour Le HuffPost, ils semblent prêts à faire des sacrifices pour enrayer la flambée épidémique: 52% se prononcent ainsi pour la fermeture des écoles, 55% pour la fermeture des collèges et 58% pour la fermeture des lycées.

À noter cependant que la fermeture des écoles est approuvée seulement par 1 sondé sur 2 appartenant à la tranche 18-35 ans, soit l’âge où l’on a généralement des enfants en bas âge, moins autonomes que des adolescents scolarisés au collège ou au lycée.

56% des sondés se disent également favorables à un allongement des vacances de printemps pour endiguer l’épidémie.

Cependant, alors que les parents restent en majorité favorables à cette mesure, des directeurs d'établissement confient à Franceinfo que les familles peuvent cacher la maladie de leurs enfants par crainte d’une répétition du confinement du printemps 2020. Selon un directeur d’école de l'ouest parisien, ils craignent de s'isoler avec eux à la maison sans pouvoir aller travailler.

Quelle est la situation du Covid dans les écoles?

Le dernier point du ministère de l'Éducation, publié vendredi 26 mars, recense, sur cette semaine, 3.256 classes fermées dans toute la France, dont 1.011 en Île-de-France et 352 dans les Hauts-de-France.

Au niveau national, ce sont 148 structures scolaires, dont 116 écoles, 22 collèges et 10 lycées qui sont intégralement fermées. Les chiffres ont quasiment doublé en une semaine. Le ministère rapporte enfin plus de 21.100 cas confirmés de coronavirus chez les élèves sur une semaine, ainsi que 2.515 chez le personnel scolaire.

Lire aussi:

«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Quand Erdogan dit ce que Zelensky veut entendre: des politiques criméens commentent le soutien turc
Tags:
Anne Hidalgo, Emmanuel Macron, épidémie, fermeture, école, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook