France
URL courte
Par
6243
S'abonner

Bugs des plateformes d'éducation à distance, vaccination des professeurs retardée... Sur BFM TV Jean-Luc Mélenchon a appelé l'exécutif à «mieux faire» dans la gestion de la crise en dénonçant «ce désordre, ce chaos insupportable dans l'Éducation nationale où M. Blanquer est aussi dangereux que le Covid».

Alors que la France est soumise pour quatre semaines à des mesures de restriction de déplacements et que les écoles sont fermées pour faire face à la troisième vague de Covid-19, Jean-Luc Mélenchon assure «avoir senti que dans le pays les gens n'en peuvent plus».

Invité ce 8 avril sur BFM TV, le leader de La France insoumise a dénoncé «ce monde fou de contrôle, d'aberration et de choses qui ne fonctionnent pas».

Les Français «veulent bien faire des efforts et des sacrifices mais ils ont l'impression que c'est pour rien et que c'est n'importe quoi», a estimé Jean-Luc Mélenchon.

​Le député a ainsi appelé l'exécutif à «mieux faire» dans la gestion de la crise, «c'est-à-dire organiser, planifier, prévoir et arrêter de réagir au jour le jour»:

«Vacciner et donc ouvrir à tous les vaccins... Accompagner et arrêter ce désordre, ce chaos insupportable dans l'Éducation nationale où M. Blanquer est sans doute aussi dangereux que le Covid à force».

Bugs des plateformes d'éducation

Jean-Luc Mélenchon s’en est pris au ministre de l’Éducation sur fond des bugs des plateformes d'éducation à distance survenus ces derniers jours. Depuis le retour de l'enseignement à distance, les difficultés s'enchaînent pour «Ma classe à la maison» du Cned (Centre national d'enseignement à distance), bien que M.Blanquer ait assuré après le premier confinement que tout était «prêt» si la situation venait à se renouveler.

Des problèmes de connexion ont été aussi signalés ce jeudi 8 avril.

Le 6 avril, Jean-Michel Blanquer a annoncé qu’ils seraient liés à des attaques «venues de l’étranger». Cependant, dans la soirée, le ministère évoquait simplement des cyberattaques.

Le calendrier des vaccinations retardé

Le calendrier retardé des vaccinations de professeurs soulève également des questions. Au début de l’année, Jean-Michel Blanquer affirmait que cette campagne devait avoir lieu «au mois de mars au plus tard». La promesse n’a pas pu être tenue. Invité le 4 avril dans Questions politiques, le ministre a annoncé un lancement à la mi-avril.

Une semaine avant la fermeture des classes, un collectif d'enseignants a même porté plainte contre Jean-Michel Blanquer pour «mise en danger de la vie d'autrui». «On est face à un ministre qui est dans le déni total de la réalité: il nous a dit qu'on n'était plus en danger à la maison qu'à l'école, qu'il n'y avait pas de cas dans les écoles, qui a minoré les chiffres...», a justifié le porte-parole du collectif à l'AFP. «Les enfants répandent le virus et les écoles sont des clusters, c'est acté».

Lire aussi:

Il donne des coups de pied à une voiture de police de Sevran, son interpellation dégénère – vidéo
«On n’a pas été écouté»: un réanimateur fait la leçon à Jean Castex
Quand Erdogan dit ce que Zelensky veut entendre: des politiques criméens commentent le soutien turc
Tags:
Covid-19, éducation, Jean-Michel Blanquer, Jean-Luc Mélenchon, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook