France
URL courte
Par
70747
S'abonner

L’Organisation mondiale de la santé a-t-elle raison de critiquer la lenteur vaccinale de la France et de l’Europe? Qui en tire profit? Analyse de Arnaud Benedetti, rédacteur en chef de «Revue politique et parlementaire», pour Le Désordre mondial.

Selon le Dr Hans Henri P. Kluge, directeur régional de l’OMS pour l’Europe, «les vaccins représentent notre meilleur moyen de sortir de cette pandémie. Non seulement ils fonctionnent, mais ils sont également très efficaces pour prévenir les infections. Cependant, le déploiement de ces vaccins est d’une lenteur inacceptable. Et tant que la couverture reste faible, nous devons appliquer les mêmes mesures de santé publique et sociale que par le passé, pour compenser les retards».

Des dirigeants comme Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ont fait grand cas du rôle de l’Union européenne pour fournir un approvisionnement adéquat en vaccins aux pays membres. Ils ont expliqué que Bruxelles allait assurer aux citoyens de chaque nation l’accès le meilleur et le plus rapide aux sérums. Alors, naturellement, quand ces promesses ne se concrétisent pas, c’est l’UE que l’on blâme. Le succès relatif de la campagne de vaccination en Grande-Bretagne, et cela après le Brexit, souligne davantage l’échec du bloc européen –Kluge fait référence aux seuls 10% de citoyens de l’UE qui ont reçu une première dose, contre près de la moitié des Britanniques. 

Les Français sont exaspérés par les nouvelles contraintes sanitaires. La France aurait-elle été plus avancée dans la course à la vaccination si le pays avait pris des initiatives indépendantes plutôt que de s’en remettre complètement à Bruxelles? Pour Arnaud Benedetti, rédacteur en chef de Revue politique et parlementaire, la France était auparavant reconnue comme disposant d’une excellence particulière sur le plan sanitaire:

«Or, le retard dans la course à la vaccination a créé chez un certain nombre de nos compatriotes le sentiment que nous sommes en voie de déclassement. Une des grandes leçons de cette crise, c’est d’avoir fait apparaître que finalement, nous avions perdu du terrain pas seulement sur le plan de la vaccination mais sur l’ensemble des segments sanitaires, les lits d’hôpitaux, les masques, etc.»

La communication gouvernementale s’est montrée défaillante également. Erratique, contradictoire, le «nous sommes en guerre» d’Emmanuel Macron a touché très vite à ses limites:

«Cette métaphore guerrière a touché très vite à ses limites parce que nous n’étions pas en guerre, un virus n’est pas une armée d’occupation», affirme le journaliste.

Le Président Emmanuel Macron en a-t-il tiré des leçons? D’après Arnaud Benedetti, la question de l’efficacité des institutions européennes se pose inévitablement.

«Macron a été élu sur un discours positif sur l’Europe. Il affirme aujourd’hui que la France doit retrouver sa souveraineté mais il n’imagine la reprise en main de cette souveraineté que dans un cadre européen. Ce qui ressort aujourd’hui, c’est que le discours que l’on qualifierait de souverainiste ou de populiste sort indéniablement renforcé de cette crise sanitaire», conclut-il.

Lire aussi:

Plus de 100 caddies abandonnés: les clients «livrés à eux-mêmes», le 1er mai tourne au fiasco – images
Pour faire adopter le pass sanitaire, «le gouvernement mène une guerre d’usure aux Français»
«Il me faut beaucoup plus que ça»: cet ancien ministre «n’arrive pas à vivre» avec près de 4.000 euros de retraite
Tags:
communication, populisme, vaccin, Covid-19, Europe, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook