France
URL courte
Par
10722
S'abonner

Déjà renvoyé en correctionnelle pour l'utilisation frauduleuse de passeports diplomatiques et de service, Alexandre Benalla affrontera un second procès pour les «violences volontaires» sur des manifestants à Paris qui avaient suscité un scandale politique.

Presque trois ans après l'affaire des violences du 1er mai 2018 à Paris, l’ex-collaborateur d'Emmanuel Macron à l'Élysée, Alexandre Benalla et trois autres personnes ont été renvoyés en procès le 12 avril, a appris l'AFP ce 13 avril de source judiciaire.

Selon l’AFP, l'ordonnance renvoie M.Benalla devant le tribunal correctionnel pour «violences volontaires», «immixtion sans titre dans l'exercice d'une fonction publique», «port d'arme» et «port public d'insigne» non-autorisé.

Affaire Benalla

Le 18 juillet 2018, Le Monde a annoncé qu'Alexandre Benalla, alors chargé de mission à l’Élysée, avait frappé un couple durant une manifestation ayant eu lieu le 1er mai sur la place de la Contrescarpe, à Paris. Le quotidien français a identifié ce collaborateur d’Emmanuel Macron sur une vidéo.

Le 20 juillet, le licenciement de Benalla a été annoncé. Le 24 juillet, le Président français a affirmé, devant des membres du gouvernement et des députés de La République en marche, que les faits qui s'étaient produits le 1er mai étaient une «trahison» et que le seul responsable de la situation était lui-même.

Outre ce dossier emblématique, Alexandre Benalla est visé par quatre autres procédures. Dans celui de l'utilisation frauduleuse de ses passeports diplomatiques et de service, M. Benalla a déjà été renvoyé fin janvier en correctionnelle.

Lire aussi:

La Chine met-elle sur pied une invincible armada? - vidéo
Une journaliste d’Al Jazeera en direct près d’une tour à Gaza au moment où deux bombes la ciblent – vidéo
La police militaire russe arrête un convoi de blindés US dans le nord-est de la Syrie
Tags:
violences, Alexandre Benalla, Emmanuel Macron, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook