France
URL courte
Par
191521
S'abonner

Pour la deuxième année consécutive, les musulmans de France doivent observer le mois du ramadan dans le contexte du Covid-19 et des restrictions qui en découlent. Sputnik a tendu son micro aux premiers concernés pour recueillir leurs impressions et comprendre comment la deuxième religion de France adapte ce mois sacré à la pandémie. Témoignages.

«Cela joue sur le moral, parce qu’au-delà de l’aspect purement spirituel, la communauté musulmane a souvent de la famille au Maghreb et ailleurs dans le monde musulman. La vie et la maladie font qu’il y a des décès et des malades, et on ne peut pas les voir. Le même schéma a lieu du monde musulman vers la France, et cela cause une peine considérable chez de nombreuses familles», déplore Abdallah Zekri.

C’est d’un air légèrement fataliste que le délégué général du Conseil français du culte musulman décrit au micro de Sputnik son appréhension au début du mois de ramadan 2021 (1442e année dans le calendrier musulman) en France. Le mois le plus sacré de l’Islam, durant lequel les musulmans jeûnent, prient et partagent, a lieu pour la deuxième fois consécutive dans le contexte très particulier de pandémie mondiale de Covid-19.

Abdallah Zekri souligne que certains sont au bout du rouleau, ce qui provoque davantage de tensions au sein de leurs familles. «Nous le vivons très mal, mais il faut faire avec», se résigne-t-il.

Concilier restrictions sanitaires et rites religieux

En effet, si le mois de ramadan est un mois d’introspection spirituelle, il est aussi un moment de partage, d’échange de transmission et d’aide entre les membres de la famille et de la communauté. Le fait de ne pas pouvoir se retrouver à plus de six en raison des restrictions sanitaires est une source de chagrin pour certains musulmans.

«D’un point de vue plus communautaire, c’est vrai que le fait qu’on ne puisse pas se rassembler, se voir en famille comme on le souhaite est embêtant, car c’est aussi un moment important de ce mois sacré du ramadan», explique à Sputnik Nabil, jeune musulman lillois, récemment entré dans la vie active.

De surcroît, les restrictions sanitaires empêchent les fidèles d’observer les différents rites comme les textes le prescrivent. Le couvre-feu du 19h à 6h ne facilite pas la tâche.

«Cela fait maintenant deux ramadans de suite que nous ne pouvons pas faire la prière du soir et du matin à la mosquée», regrette Abdallah Zekri. Néanmoins, ce dernier est conscient qu’«il y a une pandémie et il faut faire attention et respecter les mesures sanitaires, comme tout le monde.»

Soucieuses de ne pas multiplier les foyers d’infection au sein de leur communauté, les autorités religieuses musulmanes ont fortement déconseillé les regroupements en tous genres. En particulier au moment de l’«iftar», la rupture du jeûne, durant laquelle familles, amis et voisins se retrouvent généralement pour partager un repas festif après une journée sans manger ni boire. Celles-ci ne veulent pas ajouter de mal au drame des près de 100.000 Français morts liés au Covid-19.

Confinement, des avantages inattendus

Comme le reste du monde et des cultes, la communauté musulmane s’adapte donc. La grande mosquée de Paris propose par exemple un live Facebook tous les soirs pour suivre les prières d’«al-Icha» et de «tarawih» qui ont lieu pendant le couvre-feu.

​Certains préfèrent toutefois regarder le verre à moitié plein et mettent en avant les avantages collatéraux de ces restrictions sanitaires.

«Pour moi, il n’y a que peu d’impact dans la vie quotidienne. On est presque moins fatigués dans notre activité professionnelle, car on peut travailler de chez soi et on passe moins de temps dans les transports», explique Nabil.

«Il y a des petits inconvénients, comme le fait qu’on ne peut pas faire les courses après 19h ou se balader avant de rompre le jeûne, mais on fait avec», nuance-t-il. Chacun adapte donc son quotidien du mieux qu’il peut à sa foi.

Durant le ramadan, l’un des cinq piliers de l’Islam, les musulmans sont invités à s’abstenir de boire, de manger, de fumer et d’avoir des relations sexuelles de la levée du soleil à son coucher. Ce moment de recueillement religieux est fondamental pour une partie difficilement estimable, mais conséquente des quelque six millions de musulmans qui vivent aujourd’hui sur le sol français.

Il l’est aussi pour les musulmans du monde entier, qui doivent aussi composer avec les restrictions sanitaires imposées dans leurs pays respectifs. L’écrasante majorité d’entre eux ont en effet interdit ou limité les rassemblements pour freiner la transmission du virus.

Lire aussi:

La Chine met-elle sur pied une invincible armada? - vidéo
Une journaliste d’Al Jazeera en direct près d’une tour à Gaza au moment où deux bombes la ciblent – vidéo
Une partie des autotests distribués par l’Éducation nationale affiche des indications contraires
La police militaire russe arrête un convoi de blindés US dans le nord-est de la Syrie
Tags:
pandémie, Covid-19, France, islam, ramadan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook