France
URL courte
Par
449119
S'abonner

Alors que la Défense française n’écarte pas la possibilité de conflits de haute intensité et juge nécessaire d’être «le plus dissuasif possible», elle préfère pourtant élargir les effectifs de «combattants cyber» que ceux de l’armée de terre.

D’après Le Figaro, les exercices d’envergure Orion doivent mobiliser en 2023 entre 5.000 et 7.000 militaires, révèlent que la Défense française considère les conflits de haute intensité comme l’un des enjeux de l’avenir, ce qui pose automatiquement la question du nombre de ses effectifs.

En effet, ce chiffre, après avoir diminué de 324.443 à 263.350 entre 2006 et 2015, a légèrement augmenté vers 2018 pour atteindre 274.580. Cependant, comme l’indique le rapport du ministère pour l’année 2020, l’armée française comptait en 2019 268.294 personnels.

Quant à la raison de cette diminution, Christian Cambon, président de la commission sénatoriale des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, constatait le 15 mai 2019 que l’armée française avait du mal à compenser les départs de ses effectifs, que ce soit les démissions, les détachements ou les retraites. Il évoquait notamment «un problème d'attractivité des armées dans un environnement de plus en plus concurrentiel avec le secteur privé».

Surclasser les adversaires?

Fin 2020, le chef d’état-major de l’armée de terre, le général Thierry Burkhard, évoquait de son côté la nécessité de «changer d’échelle dans le volume et le niveau des unités que nous engageons, ainsi que dans les menaces à prendre en compte et dans l’entraînement que nous devons conduire». Il affirmait en outre que la France devait réaliser une «modernisation en profondeur» de ses capacités et de ses doctrines pour «être le plus dissuasif possible» et «pour surclasser» les adversaires.

Cependant, selon la Défense française, la force opérationnelle terrestre (FOT) projetable de l’armée de terre s’élevait en 2019 à 77.000 militaires alors que, par exemple, la Turquie a engagé la même année 80.000 soldats contre les forces kurdes à sa frontière.

Des effectifs à augmenter

Quoi qu’il en soit, l’augmentation des effectifs de l’armée de terre ne figure pas parmi les priorités de la Défense. Ainsi, la loi de programmation militaire prévoit une augmentation de 6.000 postes sur la période 2019-2025, dont 3.000 sur la période 2019-2023, ce qui doit porter les effectifs du ministère à 274.936. Mais ces effectifs supplémentaires seront «affectés de manière ciblée pour consolider les domaines prioritaires» notamment en matière de renseignement et de cyberdéfense, afin de porter à 4.000 le nombre de «combattants cyber». Des effectifs supplémentaires seront également affectés pour renforcer la résilience du ministère en matière de sécurité et de protection (environ 750 sur 2019-25) et pour accompagner les exportations (400 sur 2019-25).

Lire aussi:

Moscou réagit aux accusations concernant une cyberattaque contre un pipeline US
Le Hamas lance un nouveau barrage de roquettes vers Israël
Moscou exige qu’Israël cesse «immédiatement et entièrement» sa politique de colonisation
Tags:
exercices, guerre, troupes, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook