France
URL courte
Par
7433
S'abonner

Les Français nourrissent des espoirs quant à l’avenir de leur situation économique, selon un récent sondage. Ils sont cependant convaincus que des mouvements sociaux éclateront après la crise sanitaire.

À quelques jours de la possible réouverture de certains commerces, les Français affichent un optimisme prudent quant à leur avenir économique, révèle un sondage Odoxa pour BFM Business.

Interrogés sur la manière dont ils envisagent leur situation personnelle dans six mois, 45% des sondés se disent plutôt confiants. Les salariés du privé et les patrons de TPE sont ceux qui entretiennent le plus d’espoir quant à une éventuelle reprise économique. Ainsi, 61% des premiers et 55% des seconds envisagent avec confiance l’avenir de leur entreprise ou de leur activité.

Si certains croient entrevoir le bout du tunnel, l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) s’est pourtant montré prudent dans ses récentes enquêtes de conjecture, parlant même d’une «détérioration» du climat des affaires en avril, exception faite du secteur industriel.

Sur le front de l’emploi, un grand nombre de Français semblent également convaincus que l’orage est passé. Ils sont ainsi plus des trois quarts des actifs (77%) à se montrer confiants pour leur travail et à ne plus craindre de le perdre. C’est six points de plus que l’an dernier à la même époque. La généralisation du télétravail, qui s’est bien passée selon 64% des sondés, a pu jouer un rôle, souligne Odoxa.

Gilets jaunes bis?

L’enthousiasme des Français est cependant tempéré par plusieurs sujets d’inquiétude, notamment sur le plan de la fiscalité. Une immense majorité des sondés s’attendent ainsi à une augmentation des impôts après la crise sanitaire (85%), mais aussi des taxes, au rang desquelles la TVA (87%), ou encore des charges et cotisation sociales (85%).

Un coup de matraque fiscal qui pourrait déboucher sur un conflit social, à en croire les sondés. Ils sont ainsi 81% d’entre eux à croire qu’un mouvement de type Gilets jaunes verra le jour à la fin de la crise sanitaire. Un pressentiment particulièrement prégnant chez les patrons de TPE, qui sont 85% à y croire.

Par ailleurs, si la contestation sociale advenait cet automne ou cet hiver, 51% des Français la soutiendraient. Preuve qu’une réelle colère couve derrière les espoirs de reprise, explique en marge du sondage Patrick Raffort, président de la Fédération des garanties et assurances affinitaires (FG2A).

«Le fait qu’un important contingent de Français et surtout d’entrepreneurs soient même prêts à soutenir un tel mouvement de contestation sociale, dont ils souffriraient pourtant, en dit long sur l’état de lassitude et d’exaspération de la population. S’il éclatait, un tel conflit pourrait contrecarrer les ferments de la reprise. Incontestablement, cela ferait "trop"», analyse-t-il.

Une crainte de mouvements sociaux partagée par l’exécutif? Emmanuel Macron avait en tout cas fait allusion à l’épisode des Gilets jaunes ce 18 avril, sur la chaîne américaine CBS. Le chef de l’État avait admis avoir «fait une erreur en 2018», en sous-estimant notamment l’impact de la taxe carbone sur les «classes moyennes».

Lire aussi:

Moscou réagit aux accusations concernant une cyberattaque contre un pipeline US
Le Hamas lance un nouveau barrage de roquettes vers Israël
En continu: tous les vols vers Tel-Aviv détournés en raison des tirs de roquettes depuis Gaza
Tags:
sondage, crise économique, taxes, Covid-19, impôt, gilets jaunes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook