France
URL courte
Par
7606
S'abonner

Les récentes annonces du gouvernement semblent annoncer la fin de la crise sanitaire et de ses restrictions. Les conflits sociaux mis entre parenthèse par les confinements et autres couvre-feux vont-ils repartir de plus belle? L’économiste David Cayla revient au micro de «Sputnik donne la parole» sur les causes de la montée des populismes.

«Il y a une frustration démocratique très importante en France», constate l’économiste David Cayla. A l’heure où la fin prochaine du couvre-feu et le retour à la vie normale font les gros titres de la presse française, l’auteur de l’ouvrage Populisme et Néolibéralisme (Éd. De Boeck Supérieur) s’inquiète de ce que «l’impuissance politique» n’a en rien été résolue. De quoi relancer les mouvements populistes mis à l’arrêt depuis l’obligation du respect des règles sanitaires en France et de par le monde.

Une impuissance politique qui aurait pour corollaire «une impuissance démocratique», détaille l’économiste au micro de Sputnik. Et l’essayiste de voir comme cause première au «populisme» (unifié sous un terme englobant malgré la diversité des courants qui le composent, précise-t-il), le maintien intact du système néolibéral qui consiste, selon notre interlocuteur, «à mettre l’État et toutes les institutions publiques au service du marché» en leur fournissant un cadre opérant.

«Il faut dompter le marché par la démocratie», appelle David Cayla. Pour lui, la sortie de cette impasse ne se fera pas au moyen de l’élection d’un «milliardaire produit par ce même système», mais bien par un dépassement de ce «mode de management global».

Lire aussi:

Plus de 100 caddies abandonnés: les clients «livrés à eux-mêmes», le 1er mai tourne au fiasco – images
Pour faire adopter le pass sanitaire, «le gouvernement mène une guerre d’usure aux Français»
«Il me faut beaucoup plus que ça»: cet ancien ministre «n’arrive pas à vivre» avec près de 4.000 euros de retraite
Tags:
Covid-19, populisme, néolibéralisme, élites, démocratie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook