France
URL courte
Par
5738
S'abonner

Parti au départ pour des vacances, le maire d'une commune de l'Oise gère sa collectivité en étant installé en Nouvelle-Calédonie depuis quatre mois. Face à la polémique, l’édile explique que sa commune de 387 habitants n'est «pas non plus extraordinaire».

Bien que le télétravail se soit fortement développé pendant les confinements, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire avait encore l’été dernier affirmé que cela ne devait pas devenir la norme, ce qui n’empêche pas à un maire de l'Oise de gérer sa commune depuis quatre mois depuis la Nouvelle-Calédonie.

Comme le relate Outremer la 1ère, le maire de Guignecourt Philippe Desirest s’occupe des affaires de sa commune à plus de 16.000 kilomètres de là, depuis qu’il était parti pour les fêtes rejoindre son épouse mutée en tant que magistrate au tribunal de Nouméa. Selon l'édile, il n'avait pas prévu de rester aussi longtemps en Nouvelle-Calédonie mais y a été contraint par des obligations familiales puis par sa procédure de vaccination contre le Covid-19, qui doit s'achever au début du mois de mai.

Certains habitants ne le prennent cependant pas très bien. Un collectif anonyme dénonce ainsi le départ du maire. Face à la polémique, l’édile s’explique:

«Disons que j’avais mérité ma retraite maintenant, et que j’allais me prendre deux mois de vacances. J’avais passé le message aux habitants de ma commune, qui soit dit en passant, est une commune de 387 habitants, ce n’est pas non plus une commune extraordinaire», a-t-il indiqué à Outremer la 1ère.

Selon l’édile, la distance ne lui pose d’ailleurs aucun problème, alors que son retour est prévu pour juin.

«Je travaille beaucoup en visioconférence, j’ai même fait une réunion de conseil municipal pour approuver le budget. D’autre part, je suis en relation quotidienne avec ma première adjointe qui gère le quotidien de la commune et ma secrétaire de mairie», indique Philippe Desirest qui ne compte pas démissionner de son poste.

Une pratique bien installée

Le télétravail est une pratique qui s’est installée depuis le début de la crise. Depuis plus d’un an, de nombreux actifs y font recours. Cependant, les règles seront assouplies à partir du 9 juin, «en lien avec les partenaires sociaux au niveau des entreprises», a annoncé Emmanuel Macron le 29 avril à la presse quotidienne régionale. Les employeurs pourront donc à nouveau définir, dans le cadre du dialogue social, le nombre de jours de travail à distance qu’ils souhaitent instaurer dans leur entreprise. Les entreprises qui ont déjà acté des accords sur le télétravail, prévoyant du travail à distance régulier quelques jours par semaine, pourront les remettre en place normalement.

Bien qu’un retour à 100% sur site des salariés qui peuvent télétravailler ne soit donc pas à envisager dans l'immédiat, sur un plan légal, rien n'interdit à un maire ou à un conseiller de déménager de la commune où il a été élu.

Lire aussi:

Le MoDem lâche LREM, l'Assemblée rejette le pass sanitaire
«Un gentil garçon»: la mère du tueur présumé du policier à Avignon s’en prend aux autorités
Covid et accident de laboratoire, ces «complotistes» qui avaient vu juste
Tags:
télétravail, maire, Oise, Nouvelle-Calédonie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook