France
URL courte
Par
4522012
S'abonner

Évoqué par Macron fin avril en tant que moyen d’assurer le déconfinement progressif, le passeport sanitaire a été critiqué par certains sur les réseaux sociaux. Ils ont notamment lancé le hashtag #NonAuPassDeLaHonte en dénonçant une tentative du gouvernement de les priver de liberté.

Bien qu’Emmanuel Macron ait récemment assuré les Français sur le fait que le pass sanitaire, que ce soit un test négatif de moins de 72 heures ou un certificat d'immunité, ne serait jamais «un droit d'accès qui différencie les Français», nombreux sont ceux restant toujours sceptiques.

Ainsi, ces derniers jours, les internautes partagent leur inquiétude sous le hashtag #NonAuPassDeLaHonte en réclamant le droit de ne pas être vaccinés.

​Alors que certains utilisateurs appellent à résister «au chantage au vaccin via le pass», tout en soulignant que le peuple n’est pas un «troupeau», d’autres dénonce un «pass fasciste» et se disent prêts à tout boycotter et même à «devenir parias».

«Seuls les nazis ont été capables d'utiliser ça! Et la Chine! L'histoire se répète avec les mêmes méthodes des périodes sombres», déplore un utilisateur.

​L’introduction du pass sanitaire

Dans une interview à la presse quotidienne régionale le 29 avril, le chef de l’État a pourtant tenu à préciser que le pass sanitaire «ne saurait être obligatoire» dans les restaurants, théâtres et cinémas. «Par contre, dans des lieux où se brassent les foules (...) il serait absurde de ne pas l'utiliser».

Comme l’a indiqué Emmanuel Macron, le passeport sanitaire sera introduit en deux étapes: d’abord, il sera obligatoire à partir du 9 juin pour toute personne voulant se rendre dans un salon ou une foire où beaucoup de monde se réunit (jusqu’à 5.000 personnes).

Ensuite, le 30 juin, avec la fin du couvre-feu, il sera nécessaire pour accéder à tout évènement rassemblant plus de 1.000 personnes en extérieur et en intérieur.

Ce que les sondages disent

Mené le même jour en ligne auprès de 1.532 personnes, un sondage Harris interactive a montré que 67% de la population était favorable à son instauration comme moyen d’accéder aux grands évènements à partir du 9 juin.

Début mars, les Français se montraient plus clivés sur le sujet. Un sondage Elabe-BFMTV mené auprès de 1.003 répondants faisait état de 52% personnes opposées à un pass sanitaire «octroyant l’accès à certains lieux publics selon la situation médicale (test négatif récent, vaccin)» et de 31% qui y étaient «très opposés».

TousAntiCovid

Le gouvernement a annoncé que l'application TousAntiCovid va prochainement intégrer un carnet permettant de prouver le résultat positif ou négatif d'un test de détection du virus, puis de certifier l'état vaccinal.

Le système est actuellement testé sur des vols à destination de la Corse où les passagers peuvent présenter lors de l’embarcation leur téléphone avec un QR code certifiant un test PCR négatif transmis par un laboratoire.

Le secrétaire d'État à la transition numérique Cédric O a indiqué le 27 avril à l’AFP que la France était le premier pays européen à déployer ce genre de pass et a dit espérer qu’il serait utilisé par d’autres pays membres d'ici courant juin pour «fluidifier les passages aux frontières».

Lire aussi:

Une femme en état de démence blesse un policier au couteau avant d'être abattue
Rixe entre deux bandes rivales en pleine rue en Seine-Saint-Denis – vidéo
Israël organise les plus grandes manœuvres de son histoire: vers un nouveau conflit au Moyen-Orient ?
Tags:
France, épidémie, passeport
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook