France
URL courte
Par
13503
S'abonner

Candidat du Rassemblement national aux élections régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur, Thierry Mariani a critiqué le 2 mai la fusion des listes LR et LREM dans cette région, ironisant sur le fait qu’il s’agissait désormais des «Républicains en Marche!».

«Un mouvement qui ne sait plus où il est et qui en est à faire toute une série de compromissions»: c’est ainsi que Thierry Mariani a qualifié la situation après que LREM a pris la décision d’apporter son soutien au président LR sortant de la région, Renaud Muselier, au premier tour des élections régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

«Aujourd’hui je constate que les Républicains ont malheureusement évolué dans le sens que vous voyez puisque Monsieur Le Maire, Monsieur Philippe, Monsieur Darmanin sont au gouvernement. Et c’est pour cela que j’ai quitté Les Républicains parce que je pense que petit à petit ce parti est en train de se fourvoyer, vous en avez encore un exemple ce week-end», a-t-il déploré dans une interview à BFMTV/RMC.

Le candidat du Rassemblement national aux élections régionales en PACA a également ironisé sur cette fusion en publiant sur son compte Twitter un montage dans lequel l’abréviation LREM se déchiffrait comme «Les Républicains en Marche!». «Maintenant c’est clair et incontestable», a-t-il ajouté.

​Les Républicains surpris par la décision

Suite à cette annonce de Jean Castex, le patron de LR Christian Jacob a fustigé dans un communiqué le «cynisme» de Renaud Muselier et a indiqué qu’il ne pourrait pas bénéficier de l'investiture de son parti, tout en ajoutant que le premier tour devait «être celui de la clarté et de la fidélité à ses convictions».

​Une remarque qui a fait aussi réagir Thierry Mariani, pour qui cette manœuvre est «une clarification» du fait que les deux partis marchent ensemble «dans la quasi-totalité des cas».

«Monsieur Jacob interdit un accord au premier tour, mais au second il ne dit rien», a-t-il détaillé.

LREM s’exprime

De son côté, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a indiqué à Europe 1 que l’accord ne contredisait pas les principes de LREM.

«C'est dans notre ADN. On s'est engagé en 2017 derrière l'idée du dépassement politique et le fait que les hommes et femmes ne sont pas prisonniers derrière des étiquettes politiques. Et on assiste aujourd'hui à une nouvelle étape de ce dépassement au niveau local, mais aussi à une clarification au niveau national pour Les Républicains», a-t-il jugé.

Les accords locaux entre LREM et LR ne sont pas rares. Avant le second tour des municipales de 2020, les candidats de LREM ont fusionné avec LR à Bordeaux, Strasbourg et Clermont-Ferrand. Selon le décompte de Libération, au total le parti a conclu 76 alliances avec la droite.

Lire aussi:

Vers une suspension des brevets des vaccins anti-Covid: Big Pharma K.O. debout?
Pour faire adopter le pass sanitaire, «le gouvernement mène une guerre d’usure aux Français»
«Il me faut beaucoup plus que ça»: cet ancien ministre «n’arrive pas à vivre» avec près de 4.000 euros de retraite
Tags:
La République en Marche! (LREM), Thierry Mariani, Rassemblement national (RN)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook