France
URL courte
Par
5535
S'abonner

Entamant un assouplissement du confinement, la France hésite encore à abolir le port du masque en extérieur. Le ministre de la Santé a espéré, sur Europe 1, pouvoir supprimer cette mesure cet été mais ne donne pas de date précise.

Alors que la première phase du déconfinement progressif a débuté en France le 3 mai, les prochaines étapes devant se tenir le 19 mai et le 9 juin, Olivier Véran, invité sur Europe 1, a dit espérer que le port du masque ne serait plus nécessaire cet été.

​«La maîtrise de l'épidémie s'accélère discrètement, mais il ne faut pas relâcher trop vite», a-t-il indiqué.

Le ministre a également été interrogé sur le port du masque dans la rue, vu que, d’après de nombreux spécialistes, il n'y a pas de risque de contamination à l'extérieur. Certains virologues réclament désormais l'abandon de cette mesure. Selon M. Véran, cela dépendra de l'avancée de la vaccination.

«Nous savons que la vaccination protège des formes graves et nous pensons qu'elle protège bien de la diffusion du virus (…). Quand suffisamment de Français vont être vaccinés, on pourra envisager de baisser la garde». «J'espère sincèrement que ce sera cet été», a-t-il ajouté.

Un abandon souhaité

Pour sa part, le pédiatre et infectiologue Robert Cohen a estimé, ce mardi sur CNews, que «le masque en extérieur n'a strictement aucun intérêt, c'est un handicap».

«Il y a des tas de pays qui n'ont jamais adapté ces mesures et, pour autant, qui n'ont pas une épidémie plus forte que la nôtre», a-t-il ajouté.

Certains départements commencent déjà à abandonner le masque dans les espaces ouverts. Ainsi, à partir de ce 4 mai, sur décision du préfet des Alpes-Maritimes il n’est plus nécessaire de le porter dans les espaces verts urbains, le long du littoral et au bord des plans d’eau. Il reste cependant obligatoire dans les rues, les marchés ouverts et les places publiques.

Tout le monde ne se hâte pas

Sur le plateau de BFM TV, le docteur Alain Ducardonnet, consultant santé de la chaîne, a relativisé en disant qu’il fallait garder le masque «au moins jusqu’à ce qu’il y ait 30 millions de Français qui soient vaccinés».

Le préfet de Seine-et-Marne a quant à lui rejeté la demande des maires de Chanteloup-en-Brie et de Chalifert de ne pas reconduire l’obligation de son port en extérieur au-delà du 30 avril, et l’a repoussée jusqu’au 31 mai, comme le relate Le Parisien.

Selon une étude publiée en août 2020 par des chercheurs de l’université britannique d’Oxford et du MIT américain dans le journal scientifique BMJ, outre la distance physique (moins importante selon eux), les facteurs influant sur les risques de contamination sont entre autres la ventilation, l’intensité des échanges, la durée d’exposition mais aussi le volume sonore de ceux-ci.

Lire aussi:

«État Mafia»: des manifestants anti-pass s’en prennent à un pharmacien à Montpellier - vidéos
Un policier ouvre le feu pour protéger ses collègues d’une voiture-bélier
L’intrusion de gens du voyage met ce club du foot français dans une «situation catastrophique» - photos
Le pass sanitaire désormais obligatoire pour la pratique du football
Tags:
masques, Olivier Véran, santé
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook