France
URL courte
Par
12743
S'abonner

La croissance mondiale du secteur du luxe pendant la dernière décennie a fait grimper le patrimoine de cinq multimilliardaires français, dont trois sont aujourd’hui classés par Bloomberg parmi les 30 plus grandes fortunes du globe. BFM TV présente des chiffres de ce phénomène pour expliquer pourquoi ils ne sont pas une limite infranchissable.

Trois Français ultra-riches figurent désormais, selon le classement Bloomberg, dans le top 30 des multimilliardaires mondiaux, tous originaires de l’Hexagone représentant la branche du luxe.

Il s’agit de Bernard Arnault (LVMH, 3e fortune du monde), de Françoise Bettencourt Meyers (L’Oréal, 11e place et la femme la plus aisée de la planète) et de François Pinault (Kering, 24e patrimoine global). Les frères Wertheimer, propriétaires de Chanel, viennent de sortir de ce classement en temps réel pour occuper pour l’instant les 32e et 33e places sur la liste des multimilliardaires dominée par les États-Unis et des compagnies hi-tech et industrielles américaines.

État des capitaux français du luxe sans précédent

Malgré le fait que les États-Unis restent un leader indéniable en termes de capitaux personnels de leurs ressortissants et que la croissance de l’économie chinoise demeure le fabricant le plus rapide des grandes fortunes, cette situation est absolument unique pour la France, souligne BFM TV.

À l’origine du phénomène, la hausse éblouissante des patrimoines des Français ultra-riches cette dernière décennie, qui atteint 439%: le taux de croissance le plus important parmi les pays développés, dont les États-Unis ne peuvent se vanter que de 170%, l’Allemagne de 175% et le Royaume-Uni de 168%, d’après PricewaterhouseCoopers.

Le secteur du luxe français a pu profiter pleinement de tous les facteurs économiques qui ont émergé à l’échelle nationale et globale pour assurer cet essor de la France dans les classements mondiaux des gens les plus riches.

Bernard Arnault sur find du logo de LVMH
© AP Photo / Thibault Camus
Un de ces facteurs est les ventes mondiales de produits de luxe, qui ont augmenté de 108 milliards de dollars en 1999 à 281 milliards de dollars en 2019, poursuit BFM TV. L'émergence d'une classe fortunée en Chine, et dans toute l’Asie, a accéléré cette croissance pour que le marché du luxe puisse progresser en moyenne de 7,5% par an lors de cette décennie.

Selon Deloitte, parmi les 100 géants internationaux du luxe, les neuf groupes français dépassent leurs rivaux américains, suisses et italiens, en détenant 28,3% du marché et en exportant vers 180 pays avec un taux d'exportation de 90%.

Les experts de McKinsey prévoient que le luxe ne cesse de se démocratiser ces prochaines années, ce qui pourrait garantir au marché, avec 2,4 milliards d'acheteurs en 2018, une croissance ultérieure jusqu’à 3,1 milliards en 2025.

À la différence des autres secteurs, comme par exemple la consommation et la grande distribution, qui ont connu leur belle époque dans les années 1990-2000, le luxe français a réussi à renforcer ses positions économiques dans le monde, dominé par la tech, pour atteindre entre autres une capitalisation boursière sans précédent. La pandémie de coronavirus n’a pas changé cette tendance, et la capitalisation boursière combinée de ce qu'on appelle désormais «KOHL» (Kering, L'Oréal, Hermès, LVMH) est passée de 513 milliards d'euros au 31 décembre 2019 à plus de 710 milliards aujourd'hui. Un essor de 38% qui a entraîné une augmentation des fortunes de leurs principaux actionnaires.

Lire aussi:

Macron «emprisonné» par des colliers de fleurs en Polynésie, puis détourné sur les réseaux sociaux – images
«D'où ça sort que 20% décident du sort de 80%?»: l’exaspération contre les «antivax» monte d’un cran
Des guillotines menaçant les élus favorables au pass sanitaire découvertes dans les Landes
Tags:
produit de luxe, classement, fortunes, milliardaires, Chine, États-Unis, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook