France
URL courte
Par
1194
S'abonner

Le calendrier du déconfinement annoncé par Emmanuel Macron ne donne aucune perspective de réouverture pour les discothèques. Une quinzaine de maires de stations balnéaires plaident pour et d'ici la fin juin afin d’éviter une «catastrophe économique, le désordre et le risque sanitaire».

Alors que les bars et restaurants pourront rouvrir le 19 mai leur terrasse, puis leur salle sans aucune jauge le 30 juin, les discothèques restent fermées depuis le 16 mars 2020, sans horizon de réouverture. Refusant de voir les stations balnéaires françaises passer un été de plus sans leurs discothèques, des maires du littoral appellent à faire «le choix d’un déconfinement responsable».

Dans une tribune publiée le 16 mai par Le Parisien, une quinzaine d’élus locaux expliquent redouter les «fêtes sauvages», car selon eux, «à la catastrophe économique risquent de s’ajouter le désordre et le risque sanitaire».

«Il y a une irresponsabilité de l’État à laisser les discothèques fermées. Je n’ai pas les moyens de sécuriser les neuf kilomètres de plage où les jeunes vont vouloir faire la fête au bord de l’eau, avec les dangers que cela comporte, à la merci des trafiquants», s’indigne Franck Louvrier, maire de La Baule et initiateur de la tribune avec Jean Roch, DJ et propriétaire de la boîte de nuit VIP Room à Saint-Tropez (Var).

«Il y a eu une anarchie que l’on redoute de vivre si les discothèques restent fermées. On s’est rendu compte à quel point ces lieux étaient des régulateurs de la vie nocturne et de bien-être mental», précise dans la tribune la maire de Biarritz Maider Arosteguy.

Afin d’accélérer le processus de réouverture, les signataires proposent de s’appuyer sur des outils comme un pass sanitaire ou un test PCR négatif à l’entrée de ces lieux.

Bruno Le Maire dit «entendre les arguments avancés»

Ce lundi 17 mai sur LCI, le ministre de l'Économie a reconnu que la fermeture des boîtes de nuit était «difficile» pour les «Français et notamment les plus jeunes».

«J'entends les arguments qui ont été avancés. Ils sont tout à fait pertinents. Ma méthode et celle du gouvernement depuis un an a toujours été “écouter”», a-t-il affirmé, sans pour autant donner plus de perspective qu'une rencontre avec «l'ensemble des représentants des boîtes de nuit à la mi-juin». «Nous verrons alors quelle décision prendre.»

Le locataire de Bercy a ainsi confirmé les dernières annonces du ministre délégué aux PME Alain Griset qui avait indiqué sur BFM Business que les exploitants de discothèques seraient fixés le «15 juin au plus tard» sur la date de leur réouverture et pourraient bénéficier d'une prise en charge étendue de leurs coûts fixes.

Jérôme Salomon exhorte les Français à la prudence

Selon le calendrier progressif du déconfinement en quatre étapes annoncé le 29 avril par Emmanuel Macron, la deuxième étape débutera le 19 mai avec le couvre-feu repoussé à 21 heures et la réouverture des commerces, musées, salles de cinéma, théâtres et terrasses. Dans le Journal du dimanche (JDD) du 16 mai, Jérôme Salomon se dit «raisonnablement optimiste» à ce propos, appelant néanmoins à la prudence pour ne «pas rater les derniers kilomètres du marathon».

Il n’exclut cependant pas une quatrième vague, c’est pourquoi il faut rester «attentifs à l'émergence possible de mutations à l'étranger et aux flux de voyageurs issus de pays en liste rouge».

Selon lui, pour la prévenir, il faudra atteindre l'immunité collective, laquelle ne sera possible que grâce à la vaccination qui porte déjà ses fruits.

Lire aussi:

Les Bleus ont renoncé au dernier moment à mettre un genou à terre au début du match France-Allemagne et voici pourquoi
Les temps forts du sommet Poutine-Biden à Genève
Castex annonce la levée du couvre-feu et la fin du port du masque en extérieur
Tags:
déconfinement, Bruno Le Maire, discothèque, Emmanuel Macron, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook