France
URL courte
Par
146520
S'abonner

Alors que les cas de violence contre les forces sont revenues au premier plan depuis le meurtre d’un policier et d’un agent administratif, une étude du CEVIPOF rendue publique par France Inter montre que le RN recueille de plus en plus d’intentions de vote chez les policiers.

Une récente étude effectuée par le Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) laisse constater que le nombre de policiers séduits par l’intention de voter pour le Rassemblement national (RN) est en hausse.

Si en 2017 le nombre de policiers et militaires se disant prêts à voter pour la candidate de ce parti - alors encore appelé Front national - au second tour de la présidentielle, était à 57%, actuellement, leur nombre aurait augmenté à 60%.

Qui plus est, au sein des policiers actifs, ce chiffre arrive, à en juger par les résultats de l’étude repris par France Inter, à 74%.

La cause? Le ras-le-bol des agents, selon Cyril Hemardinquer, délégué départemental du RN dans le Loiret. Il explique à France Inter que dès qu’il y a une décision impopulaire la population s’en prend à la police.

«Au bout d'un moment, le policier, il en a un peu marre et se tourne vers un politique qui est prêt à prendre en compte sa détresse sur le plan humain, matériel et financier». Il n’exclut pas que si un autre parti politique faisait écho à ces problèmes, il aurait attiré ces intentions de vote.

La police dans le viseur

Depuis le meurtre d’un agent administratif à l’entrée du commissariat de Rambouillet le 23 avril dernier, les agressions visant les forces de l’ordre font quotidiennement la Une de la presse. Le dernier épisode dramatique en date est encore un meurtre: le 5 mai, un policier a été tué par balles lors d’une opération anti-drogues à Avignon.

Suite à cet homicide, le Premier ministre Jean Castex a annoncé le durcissement des mesures contre les agresseurs des agents.

Marche du 19 mai, Marine Le Pen y sera présente «par le cœur»

Le 19 mai, la capitale française accueillera la «marche citoyenne» organisée par les syndicats de police suite au meurtre susmentionné à Avignon. Plusieurs personnalités politiques, notamment le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, ont annoncé qu’elles y seraient présentes.

Marine Le Pen a déjà déclaré que des élus RN y seront. Quant à elle, elle y sera «par la pensée, par le cœur», avait-elle lancé.

Lire aussi:

«Ils profitaient des USA»: Trump se lâche contre Macron et les dirigeants européens
Francis Lalanne choque en liant le malaise cardiaque d’Eriksen au vaccin anti-Covid
Le geste désespéré d’un Algérien en situation irrégulière qui voulait quitter la France
Le général Lecointre quitte son poste au commandement des armées
Tags:
Rassemblement national (RN), police, Marine Le Pen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook