France
URL courte
Par
111372
S'abonner

Les contrôles effectués par les forces de l’ordre depuis la réouverture des terrasses ont conduit à la fermeture d’un bar et à l’envoi de mises en demeure à une trentaine d’autres rien qu’en Bretagne et en Auvergne-Rhône-Alpes. Au Havre, les patrons de certains estaminets auraient décidé d’eux-mêmes de fermer boutique.

Une trentaine de mises en demeure de fermeture administrative ont été adressées à des bars n’ayant pas respecté les protocoles sanitaires depuis le déconfinement du 19 mai à Rennes, Dinard, Saint-Malo et Lyon, relatent les médias locaux.

Un établissement rennais, situé rue Saint-Michel, est même concerné par une fermeture administrative de quinze jours, précise Le Télégramme.

Vingt-six bars d’Ille-et-Vilaine ont été mis en demeure, dont quatre ce samedi 22 mai, précise France Bleu. La plupart se trouvent dans le centre-ville de Rennes, un à Dinard et un autre à Saint-Malo.

«Plusieurs mises en demeure de fermetures administratives ont déjà été dressées. Les contrôles se poursuivront», a indiqué le 21 mai sur Twitter le préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes et du Rhône.

​Au Havre, les patrons d’une vingtaine de bars et restaurants, excédés par une série de contrôles de police, ont décidé d’eux-mêmes de fermer leurs portes le 21 mai pour rouvrir le lundi 24 mai, d’après 76Actu.

Débordements lors du déconfinement du 19 mai

Le 19 mai, une fête sauvage s’est déroulée sur la place Sainte-Anne de Rennes, sans respect des gestes barrière. Les festivités se sont prolongées après le début du couvre-feu, actuellement fixé à 21h00. Les fêtards ont allumé un feu de joie et jeté du mobilier de bar dans les flammes, selon Ouest-France.

​La police a fait usage de gaz lacrymogène et de LBD pour les disperser.

​À Lyon, de nombreuses personnes ont pris d'assaut les terrasses ouvertes dès le premier jour du déconfinement, sans toujours respecter les protocoles sanitaires.

Le couvre-feu dès 21h00 n'a pas vraiment été respecté à Bordeaux après la réouverture des bars, précise France Bleu. Une centaine de personnes ont notamment fêté le déconfinement jusqu'à au moins 23 heures, soit deux heures après le début du dispositif, sur la place Lafargue. Sans distanciation sociale et avec très peu de masques.

À Amiens, la police a contraint les patrons de trois bars à fermer leurs portes avant le couvre-feu en raison de l'affluence, selon France Bleu.

Réouverture assortie de conditions

Selon les modalités prévues par le gouvernement, les bars n’ont pu rouvrir le 19 mai qu’à condition de respecter une jauge de 50% de leur capacité, de proposer un service uniquement en terrasse et assis, et des tables de six personnes maximum. Le couvre-feu a été maintenu, mais repoussé à 21h00. Les forces de l’ordre procèdent à des contrôles réguliers pour assurer le respect des normes.

Le 20 mai, au lendemain de la réouverture en France des terrasses des bars et des restaurants, le Premier ministre, Jean Castex, a appelé «à la responsabilité», mettant en garde contre le risque de devoir faire machine arrière alors que des rassemblements ont été observés dans plusieurs villes.

Lire aussi:

Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
Louboutin prend ses distances avec Assa Traoré, assurant qu'elle n'est pas une «égérie»
Togo: surpris en train de profaner une tombe, un «féticheur» a été brûlé vif
Tags:
pandémie, Covid-19, restaurant, bar, mise en demeure, déconfinement, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook