France
URL courte
Par
1512511
S'abonner

Féministes idéologues d’un côté, mâles virils en crise de l’autre. Hommes et femmes sont-ils destinés à camper ces deux rôles et à vivre séparés? L’essayiste Julien Rochedy impute cette situation au «féminisme idéologique» actuel et appelle à la réconciliation des deux sexes.

«Le féminisme idéologique aggrave les aliénations des femmes et leur séparation tragique d’avec les hommes», tranche d’emblée Julien Rochedy devant les caméras de Sputnik. Pour l’auteur de L’Amour et la Guerre: répondre aux féministes (éd. Hétairie), le projet féministe actuel n’aurait «rien à faire du bien-être concret des femmes». Victorieux selon lui dans les universités, dans les médias et en politique, il utiliserait au contraire «les femmes comme prétexte et matériel pour une révolution plus générale». Une révolution portée par une volonté «nihiliste d’indifférenciation» des deux sexes aboutissant à leur «tragique séparation».

Le féminisme idéologique reposerait sur quatre piliers narratifs que Julien Rochedy entreprend de déconstruire. Avec en tête de liste, «celui qui consiste à nous faire croire qu’il n’y a pas de différences entre les hommes et les femmes d’ordre biologique et naturelle», détaille-t-il à notre micro. «Or la psychologie évolutionniste montre l’inverse», assène l’essayiste.

«L’objectif reconnu et assumé est d’arriver à un paradis égalitaire qui soit constitué exclusivement “d’individus génériques”, ni mâles ni femelles, qui puissent choisir dans une forme d’autodétermination folle les attributs qu’ils souhaitent. Et qui, autocentrés et individualistes, seront en réalité incapables de s’aimer», prophétise Julien Rochedy.

Lire aussi:

Genou à terre des joueurs de l’équipe de France: «Un signe de soumission idéologique»
Les États-Unis vont-ils utiliser la mer Noire comme prochaine zone de conflit contre la Russie?
Une sénatrice française appelle directement à l'ingérence en Algérie
Tags:
Julien Rochedy, idéologie, psychologie, amour, féminisme
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook