France
URL courte
Par
Campagne de vaccination contre le Covid-19 en France (119)
233117
S'abonner

Après qu’Emmanuel Macron n’a pas écarté la possibilité de rendre la vaccination obligatoire, Christian Estrosi a salué cette idée. Pour lui, c'est le seul moyen de garantir une immunité collective à l’avenir.

Invité ce 1er juin sur BFM TV, le maire de Nice s’est félicité de l’avancée de la campagne vaccinale dans les Alpes-Maritimes et est revenu sur la vaccination obligatoire, une option pour laquelle la porte n’est pas fermée, comme l’avait estimé la semaine dernière Emmanuel Macron.

Ainsi, répondant à la question de Jean-Jacques Bourdin de savoir s’il fallait rendre la vaccination obligatoire, Christian Estrosi a lancé:

«Oui, je le pense, parce que nous ne sommes pas à l’abri d’une quatrième vague. J’appelle tout le monde à la responsabilité.»

Passeport vaccinal et immunité collective

Plus tôt, en conseil métropolitain, Christian Estrosi avait salué l’amélioration de la situation épidémique dans le département grâce à la stratégie de la vaccination massive mise en place par la métropole de Nice.

«Après avoir été le département où le taux d’incidence était le plus élevé en France en janvier, les Alpes-Maritimes font aujourd’hui partie des trois départements en vert sur la carte de l’Hexagone», a tenu à souligner l’élu, dont les propos ont été diffusés le 30 mai par Nice-Matin.

«Nous sommes à plus de 51% de vaccination à partir des plus de 18 ans. [Alors que] la moyenne nationale est autour de 48-49%, nous avons deux tiers de la deuxième vaccination et avons même engagé une troisième», a fait valoir M.Estrosi face à Jean-Jacques Bourdin.

Tout en appelant la population à rejeter les idées complotistes sur les vaccins, le maire de Nice a évoqué les étapes souhaitables de l’avancée de la campagne de vaccination:

«J’ai fait le pari qu’à la fin du mois de juin je serais à 60%, et que nous serions à 70% avant la fin de l’été. Mais si on n’est pas à 75% ou 80% avant la fin de l’été sur l’ensemble de l’Hexagone, ça veut dire que nous n’aurons pas une immunité collective qui nous garantira pour l’avenir.»

Quant aux passeports vaccinaux, Christian Estrosi a estimé qu’ils assuraient «une bonne traçabilité»:

«En même temps le rendre obligatoire, c’est la condition que chacun se protège pour protéger l’autre.»

La vaccination obligatoire n'est pas écartée par le gouvernement

Dans un récent avis, l’Académie nationale de médecine prône une obligation vaccinale progressive pour de nombreuses professions, notamment à risque, ensuite pour l’ensemble de la population, enfants et adolescents compris. Pour l’Académie, ce serait le seul moyen d’atteindre «une immunité collective suffisante pour contrôler l’épidémie».

Même si, en novembre 2020, Emmanuel Macron avait assuré qu’il n’allait pas rendre la vaccination obligatoire, six mois plus tard, le ton a changé. Pendant son déplacement au Rwanda, le Président de la République a déclaré qu’«aucune porte n’[était] fermée par essence» à cet égard, bien que la vaccination obligatoire ne soit pas sa «conviction».

Olivier Véran s’est également contredit à ce sujet. Après avoir assuré, en décembre 2020, que «la vaccination contre le coronavirus ne sera[it] pas obligatoire», le ministre de la Santé n’a pas exclu, le 5 mars, une saisine du Conseil consultatif national d’éthique sur le sujet, ceci face à la réticence des soignants à se faire vacciner.

Le «Monsieur Vaccin» du gouvernement, Alain Fischer, a pour sa part indiqué, le 30 mai, que «la vaccination obligatoire [était] une option»:

«C'est clair que c'est une possibilité, mais c’est la dernière option en cas d'échec.»
Dossier:
Campagne de vaccination contre le Covid-19 en France (119)

Lire aussi:

Orage dans le Doubs: des grêlons géants brisent tout – photos
Paris: une femme heurtée par une trottinette électrique est dépouillée avant de mourir
Covid-19: «la stratégie de la peur», dernier outil d’«une élite dépassée»? – vidéo
Tags:
passeport sanitaire, obligation vaccinale, vaccination, Christian Estrosi, Alpes-Maritimes, Nice
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook