France
URL courte
Par
10177
S'abonner

L’association FLAG! représentant les forces de l’ordre LGBT a expliqué dans le magazine Têtu qu’elle ne participerait pas à la gay pride parisienne cette année. En cause, la présence de quartiers hostiles à la police dans le parcours.

Le 26 juin, la gay pride ou défilé des Fiertés se fera à Paris sans policiers LGBT. L’association FLAG! qui les représente a expliqué dans le magazine Têtu que leur présence allait engendrer un trop lourd dispositif de protection le long du parcours. Certains de ses membres seront toutefois présents dans d’autres villes.

Cette année, le défilé «partira de Pantin, en Seine-Saint-Denis, pour rejoindre République en passant par des quartiers où les policiers ne sont pas toujours les bienvenus», a justifié l’association, citant la menace terroriste et l’augmentation des agressions armées envers les forces de l’ordre.

Un tel contexte pousserait à «une sécurisation du cortège de FLAG! beaucoup plus importante que les années précédentes».

Son président Johan Cavillot souhaite ainsi épargner les forces de l’ordre «déjà épuisées» par le contexte sanitaire et n’estime «pas opportun de les mobiliser davantage». Il a toutefois indiqué qu’il défilerait en personne avec l’Inter-LGBT, mais qu’il n’y aurait pas de cortège représentant son association. «FLAG! reviendra en 2022», a-t-il promis.

Polémique autour du défilé

Avant cette annonce, la présence même de l’association des policiers à cet événement avait provoqué la division au sein de la communauté LGBT, au point que plusieurs collectifs avaient annoncé un contre-rassemblement organisé six jours avant la gay pride. Cette autre manifestation doit porter davantage sur l’anticapitalisme, l’antiracisme, et la lutte pour les droits des migrants.

«On va demander à des gens de défiler à côté d’agents qui les contrôlent toute la journée. Je ne suis pas unie avec la police nationale, et la police n’est pas l’alliée objective des migrants», avait souligné auprès de 20 Minutes Héloïse, présidente de la branche parisienne du Baam (bureau d’accueil et d’accompagnement des migrants), dont un pôle consiste à soutenir juridiquement les demandeurs d’asile LGBT.

Toujours dans 20 Minutes, la présidente du collectif Diivines LGBTQI+ Pierrette Pyram avait également dénoncé que l’organisation de l’Inter-LGBT était «quasiment entièrement blanche» et ne représentait donc pas les «populations qui font partie des plus marginalisées de la société».

Lire aussi:

Covid-19: «la stratégie de la peur», dernier outil d’«une élite dépassée»? – vidéo
Paris: une femme heurtée par une trottinette électrique est dépouillée avant de mourir
La Pologne enverra des drones turcs protéger les frontières est de l’Otan
Tags:
défilé, Paris, gay pride, police, LGBT
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook