France
URL courte
Par
4103
S'abonner

Lors d’élections étudiantes, une tentative de fraude avec une centaine de faux courriels a été signalée au ministère de l’Enseignement supérieur. L’Unef, syndicat étudiant proche de la gauche, est visé par des accusations qu’il rejette, tandis que Frédérique Vidal veut déposer plainte.

Des fausses adresses mails auraient visé à détourner le matériel de vote lors des élections des représentants des étudiants au Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche (CNESER). Ce sont des établissements et des organisations étudiantes qui ont alerté le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, a annoncé ledit ministère jeudi dans un communiqué.

Le truquage prévoyait également la réalisation de fausses procurations et la modification frauduleuse de la composition du corps électoral, voire même des pressions contre les électeurs par des responsables d'organisations étudiantes, est-il précisé. 

La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal a «condamné avec la plus grande fermeté ces tentatives d'actes frauduleux».

«Devant la gravité de tels actes», elle «a décidé de déposer une plainte auprès du procureur de la République».

L’Unef dans le viseur

Une quarantaine d’établissements sont concernés, dont une très grande majorité d’universités, précise L’Opinion. Les soupçons se portent sur l'Union nationale des étudiants de France (Unef), syndicat étudiant proche de la gauche, bien qu’il n’ait pas encore été officiellement mis en cause.

Selon le média, les fraudeurs auraient profité de l’exceptionnel système de vote à distance dû à la crise sanitaire pour créer ces fausses adresses mail afin de recevoir les bulletins et enveloppes traditionnellement adressés par la poste.

«Le procédé n’était pas très élaboré, mais la fraude semble bien avoir été organisée et ne pas venir d’un seul dérapage isolé», a estimé Paul Dijak-Verhoigne, vice-président de la Fage (organisation étudiante majoritaire, proche de la CFDT), cité par L’Opinion.

L’Unef a pour sa part dénoncé, le 4 juin dans un communiqué, des «pratiques indignes» et a dit en avoir été aussi victime en évoquant une effraction dans un de ses locaux et le vol de matériel électoral. Elle condamne par ailleurs «un mode de scrutin propice aux fraudes».

​L’instance concernée

Le CNESER, créé en 1968, est un organe qui constitue à la fois un comité consultatif placé auprès des ministres chargés de l'Enseignement supérieur et de la recherche, et une juridiction administrative. Y siègent 100 membres, notamment des représentants de quatre syndicats étudiants (Alternative, Fage, Unef, Uni), des syndicats de personnels et représentants des conférences des présidents d'université. Il donne des avis non contraignants sur les textes concernant le ministère, comme les projets de réforme, les répartitions des moyens etc.

Le processus électoral permettant le renouvellement des représentants des étudiants a démarré le 11 mai et se clôturera le 24 juin.

Lire aussi:

«Ils profitaient des USA»: Trump se lâche contre Macron et les dirigeants européens
Francis Lalanne choque en liant le malaise cardiaque d’Eriksen au vaccin anti-Covid
Le geste désespéré d’un Algérien en situation irrégulière qui voulait quitter la France
Le général Lecointre quitte son poste au commandement des armées
Tags:
Union nationale des étudiants de France (UNEF), fraude, élections
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook