France
URL courte
Par
20358
S'abonner

Édouard Philippe, ancien Premier ministre, se montre ferme quant à la nécessité d’une réforme des retraites. Intervenant sur LCI, il a affirmé qu’il faudra «travailler plus longtemps», même si ce n’est pas «très agréable à entendre».

L’ex-Premier ministre Édouard Philippe a affiché une position encore plus ferme qu’Emmanuel Macron sur le dossier de la réforme du système des retraites en intervenant le 5 juin sur LCI.

Faisant écho au Président de la République, qui avait réaffirmé, en déplacement dans le Lot le 3 juin, qu'il devrait prendre des décisions «difficiles», le maire du Havre a indiqué qu’«on devra prendre des mesures qui seront peut-être impopulaires».

Qualifiant la réforme d’«ambitieuse, extrêmement complexe», Emmanuel Macron a annoncé que le projet initial sera revu: «Je ne pense pas que la réforme initialement envisagée puisse être reprise, en l'état».

Expliquer les mesures impopulaires

La mise au point de cette réforme très controversée et contestée, sur laquelle Édouard Philippe avait travaillé pendant ses trois années à Matignon, a été interrompue par la pandémie de Covid-19 début 2020, alors adoptée en première lecture à l'Assemblée nationale, après avoir engendré près de deux mois de conflits sociaux juste avant l'épidémie. Mais elle est toujours nécessaire, estime-t-il.

«Il faudra les expliquer [ces mesures impopulaires, ndlr.] du mieux possible pour faire comprendre à chacun que c’est un enjeu collectif auquel il faut répondre», a-t-il dit.

«Évidemment, cela veut dire qu’il faut travailler progressivement plus longtemps. Ce n’est pas forcément très agréable à entendre», a encore admis le responsable au micro de LCI. Il a par ailleurs assuré sa «confiance» au gouvernement pour «préserver notre système des retraites».

Bruno Le Maire du même avis

De son côté, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire insiste également, dans une interview au Journal du dimanche (JDD) datée du 6 juin, sur le fait que la réforme reste une «priorité». «Ma responsabilité de ministre des Finances est de garantir que nous puissions équilibrer notre système de retraites par répartition», a-t-il pour sa part indiqué, comme une réponse à Édouard Philippe.

«Le Président de la République a été clair» quant à la nécessité de repenser la réforme, a ajouté le ministre. Ce qui n’«exclut pas de tenir compte de la situation individuelle de chacun».

La réforme controversée

Le projet de loi en question, visant à refondre en profondeur le système des retraites français, a été porté par le gouvernement Philippe. La réforme faisait partie du programme électoral d’Emmanuel Macron et proposait trois transformations principales: l'institution d'un régime de retraite dit «universel» remplaçant les 42 systèmes existants, la mise en relation directe théorique du montant de la retraite avec les cotisations versées (système à points) et la mise en place de mesures ayant pour but affiché d'améliorer les retraites des plus défavorisés s'ils font une carrière complète.

Elle a rencontré une forte opposition de la part des principaux syndicats et des corps professionnels les plus touchés par son application. Le report de l'âge de départ à la retraite à taux plein (64 ans au lieu de 62 ans), la remise en cause des avantages des fonctionnaires et des adhérents des régimes spéciaux, et l'instauration d'un système à points jugé inégalitaire étaient particulièrement contestés.

Lire aussi:

Orage dans le Doubs: des grêlons géants brisent tout – photos
Paris: une femme heurtée par une trottinette électrique est dépouillée avant de mourir
Covid-19: «la stratégie de la peur», dernier outil d’«une élite dépassée»? – vidéo
Tags:
réforme des retraites, Édouard Philippe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook