France
URL courte
Par
2210428
S'abonner

La direction du centre de vaccination de l’Hôpital Sainte-Anne à Paris soupçonne une infirmière d’être impliquée dans un trafic de certificats, indique France Inter. Selon des témoins, des individus qui venaient directement vers elle repartaient avec des QR codes de vaccination sans recevoir d’injections.

Alors que la vente de faux certificats de vaccination prend de l’ampleur à travers le monde, un autre moyen frauduleux de se procurer des QR codes à Paris directement en centre de vaccination via des simulations d’injections a été révélé.

Une infirmière du centre de vaccination parisien de l’Hôpital Sainte-Anne est soupçonnée par sa direction d’avoir remis des certificats de vaccination à des personnes qui n’ont pas reçu d’injections, relate France Inter.

Selon le personnel de l’établissement de santé, la soignante vacataire avait «inscrit ces personnes à des rendez-vous» et «simulé, avec la complicité des intéressés, l’administration du vaccin». Afin de recevoir des patients qui venaient directement vers elle, l’infirmière demandait à sa collègue, qui occupait le même box, de sortir.

Elle recevait ainsi une dizaine de personnes par jour, témoigne un membre du personnel, cité par la radio:

«En fait, elle ne vaccinait pas les gens, mais elle se faisait payer pour qu’ils repartent avec un QR code frauduleux, a priori pour pouvoir partir à l’étranger».

En flagrant délit

Après que deux chefs de service ont été informés par ses subordonnés d’une «situation bizarre», un médecin est intervenu pour contrôler.

«Normalement, on désinfecte la peau des personnes à vacciner avec un produit orange. Le médecin a voulu vérifier si les personnes avaient bien été vaccinées et il n’y avait aucune trace de désinfectant: ni colorant ni pansement», poursuit le soignant auprès de France Inter.

Selon lui, cette fraude entraîne un problème de santé publique, car «les personnes qui ont obtenu un faux certificat de vaccination courent un risque… et elles font courir un risque aux autres».

Le contrat de vacation de cette infirmière a été suspendu, et son cas qui semble être «isolé» a été signalé auprès du procureur de la République, auprès de l’ARS et de l’ordre infirmier, précise la radio.

Trafic de faux documents

Le marché des faux certificats de vaccination a explosé dans le monde avec la réouverture des frontières, rapporte la société de cybersécurité Check Point. D’octobre 2020 à mai 2021, une croissance de 500% du réseau des vendeurs de documents falsifiés a été signalée. Les États-Unis, l’Angleterre et l’Allemagne sont les pays qui recensent le plus de demandes.

D’autres documents liés au Covid-19 font également l’objet de fraudes. En France et au Royaume-Uni, plusieurs suspects vendant de faux certificats de tests négatifs au Covid-19 dans des aéroports ont été arrêtés début 2021. Peu avant, sept personnes qui vendaient de faux certificats à des voyageurs à Roissy–Charles-de-Gaulle avaient aussi été interpellées.

Lire aussi:

Avant de vacciner une ministre, Olivier Véran fait une gaffe et se lance dans l’autodérision – vidéo
Une figure des anti-restrictions trouve un «camp Covid secret» dans les Landes, la préfecture dément
Les raves-parties à répétition organisées en Bretagne auraient un important impact écologique
Tags:
trafic, Paris, Code QR, vaccination, vaccin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook