France
URL courte
Par
5527229
S'abonner

Après délibération, la justice a condamné à la prison ferme avec mandat de dépôt l’homme qui a giflé le Président de la République et qui devra également suivre un traitement en soins psychologiques.

Jugé en comparution immédiate ce jeudi 10 juin, l’homme qui a asséné une gifle à Emmanuel Macron lors de son déplacement dans la Drôme, Damien Tarel, a été condamné à 18 mois de prison dont 14 assortis d'un sursis probatoire de deux ans, vient d’annoncer BFM TV.

Un mandat de dépôt a été prononcé, ce qui signifie qu'il se rend directement en prison pour quatre mois.

L’accusé devra également suivre un traitement de soins psychologiques pendant ces deux ans et ne commettre aucune nouvelle infraction. Damien Tarel écope également d’une interdiction définitive d'exercer une fonction publique, d'une interdiction de possession d'arme pendant cinq ans et est privé de ses droits civiques pour trois ans.

L'audience

L'agresseur a déclaré au palais de justice de Valence que, selon lui, Emmanuel Macron représentait «la déchéance de notre pays».

«Je ne voudrais pas faire le procès de notre démocratie, mais je pense qu'il n'a pas été élu par l'ensemble de la population française», a-t-il martelé.

Il a ajouté qu’il se sentait «investi» par les Gilets jaunes et «le peuple français en général».

Des citoyens «fatigués par l'épidémie»

Emmanuel Macron a déclaré pour sa part qu’il ne pensait pas «que la société française soit dans un moment de grande tension».

«Je pense qu'il y a beaucoup de citoyens qui sont fatigués par l'épidémie, qu'il y a chez certains de nos concitoyens de la peur, du doute, de l'anxiété, les conséquences de la solitude», a-t-il lancé en répondant à des questions sur son agression et la condamnation de son agresseur.

Mais «je ne vous dirai pas que je sens une violence sociale généralisée, ce n'est pas vrai», a-t-il souligné.

«Parfaitement inadmissible»

Le procureur avait requis 18 mois de prison avec mandat de dépôt contre l’homme et demandé une interdiction définitive d'exercer une fonction publique et une interdiction de droit de vote et de possession d'arme pour cinq ans, qualifiant l’acte de «parfaitement inadmissible».

L’avocate de l’accusé avait pour sa part affirmé que son client avait «pris conscience de son comportement» et s’est déclarée convaincue qu’il ne réitérerait pas les faits.

Le Président a reçu une gifle de la part d'un individu tandis qu’il s’était approché de plusieurs personnes lors d’un déplacement dans la Drôme alors qu’il effectue un tour de France.

Lire aussi:

D’un seul geste Cristiano Ronaldo fait perdre quatre milliards de dollars à Coca-Cola
Président «jupitérien»: «Macron s’est trompé d’époque, il en subit les conséquences» - vidéo
L'antiracisme paye? Assa Traoré annonce un partenariat avec Louboutin
Tags:
justice, gifle, Emmanuel Macron, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook