France
URL courte
Par
5118
S'abonner

Terrasses et salles de sport ouvertes, possibilité de manger à l’intérieur des restaurants, festivals en plein air… Alors que l'été semble prendre le pas face à l'épidémie, le scientifique Gilles Pialoux appelle les Français à la plus grande prudence afin d'éviter une nouvelle vague à l'automne prochain.

Alors que la France a connu le 9 juin un allégement des mesures sanitaires mises en place afin de limiter la circulation du Covid-19, une question se pose encore: faut-il craindre une quatrième vague? Invité ce 11 juin sur BFMTV-RMC, Gilles Pialoux, chef des maladies infectieuses à l'hôpital Tenon à Paris, a prévenu que «le Covid est toujours là, il y a une décrue spectaculaire, c'est une décrue mais pas la marée basse».

​Selon M. Pialoux, les Français sont «toujours en liberté conditionnelle» vis-à-vis de l'épidémie.

​Plusieurs épidémiologistes se veulent rassurants pour les mois à venir, comme Mircea T. Sofonea, maître de conférence en épidémiologie et évolution des maladies infectieuses à l’université de Montpellier, qui a déclaré au Parisien qu’«il n’y a pas de risque important de quatrième vague cet été». Gilles Pialoux se dit à l’inverse inquiété par l’automne:

«Ce qui est important c’est l'automne, et ne pas avoir un été d’insouciance totale. Les Français anticipent sur les mesures, si on leur dit d’enlever le masque en juillet, ils le feront le 15 juin, ils anticipent les annonces et les dépassent, à faire plus que ce qui est dit. Il faut en tenir compte car c’est une période d’incertitude, personne ne peut prédire».

Les autorités mettent en garde

Au cours des deux derniers mois, l'Europe a enregistré une diminution du nombre de nouveaux cas de contamination par le SARS-CoV-2, des nouveaux décès et des hospitalisations dues au Covid-19, ce qui a incité 36 pays à prendre des mesures de déconfinement. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a invité cependant à faire preuve de responsabilité lors des voyages durant la saison estivale, estimant que le continent n'était «en aucun cas hors de danger» face à la pandémie.

Se prononçant le 2 juin à l'issue du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement a appelé à ne «pas baisser la garde» face à l'évolution de la circulation du virus en France. «Si le niveau global de la circulation du virus est aujourd’hui comparable au début de l’automne dernier, des signaux d'alerte se font jour dans certains territoires», a affirmé Gabriel Attal.

Emmanuel Macron a mis en garde le 20 mai contre les risques de contamination qui persistent. Il a appelé à «rester prudents» tout en annonçant que le port du masque resterait en vigueur dans l’Hexagone au moins «jusqu’à la fin du mois de juin».

Dans Le Journal du Dimanche (JDD) du 16 mai, Jérôme Salomon n’a pas exclu une quatrième vague, tout en appelant à rester «attentifs à l'émergence possible de mutations à l'étranger et aux flux de voyageurs issus de pays en liste rouge». D’après lui, pour la prévenir, il faudrait atteindre l'immunité collective, laquelle ne sera possible que grâce à la vaccination qui porte déjà ses fruits.

Lire aussi:

L'armée russe ouvre le feu pour stopper un destroyer britannique qui a violé sa frontière en mer Noire
Dupond-Moretti «n’a pas jugé utile de signaler» que les bulletins de la gauche étaient absents de son bureau de vote
Ex-ambassadeur de France à Moscou: «Joe Biden a très clairement compris le message du Président russe»
Tags:
virus, Covid-19, épidémie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook