France
URL courte
Par
20496
S'abonner

En visite dans la commune de Péronne pour soutenir les listes LREM aux prochaines élections, Éric Dupond-Moretti s'est pris le bec avec un député LFI et un candidat RN aux prochaines départementales.

À l’approche des élections régionales, Éric Dupond-Moretti multiplie les sorties médiatiques pour soutenir les candidats de la majorité. En déplacement dans la Somme ce 12 mai, le garde des Sceaux a encore eu droit à deux échanges musclés.

Le ton est notamment monté entre le ministre de la Justice et Damien Rieu, candidat RN aux prochaines départementales dans le canton de Péronne. Mi-mai, ce dernier avait en effet relayé une photo d'Éric Dupond-Moretti collant des affiches électorales, «Rolex» et boutons de manchettes au poignet.

Une attaque que ne semble pas avoir digérée le garde des Sceaux, lequel est venu s'en plaindre auprès du candidat RN.

«Les boutons de manchettes et la montre, ça va bien! […] Il vaut mieux avoir des boutons de manchettes que de faire des vidéos érotiques comme monsieur Odoul», a-t-il lâché, en référence à une vidéo d’une autre personnalité RN, Julien Odoul, qui avait fuité il y a peu.

Damien Rieu a répondu en dénonçant «une attaque sous le pantalon» et en rappelant que Benjamin Griveaux, ex-candidat LREM à la mairie de Paris, avait lui aussi été confronté à ce genre de fuite, en février 2020. Damien Rieu a aussi reproché au garde des Sceaux d’avoir assuré la défense du frère de Mohammed Merah et de s’en être vanté, lorsqu’il était encore avocat.

L’ancien membre de Génération identitaire a enfin lancé une pique sur le laxisme de la Justice, un leitmotiv repris plusieurs fois ces dernières semaines, notamment par les syndicats de police. Damien Rieu a ainsi enjoint au garde des Sceaux «d’aller faire son boulot», affirmant qu’il n’avait «pas le temps d’être en vacances, au vu de l’état de la justice aujourd’hui».

«Venez travailler avec moi, vous êtes pliés en deux. Je travaille 10 fois plus que vous», lui a répondu le ministre de la Justice.

Depuis le lancement de la campagne dans les Hauts-de-France, Éric Dupond-Moretti a multiplié les critiques à l’encontre du RN, en particulier de sa chef de file, Marine Le Pen, l’accusant notamment d’être une «menteuse incompétente». Cette dernière a d’ailleurs fustigé une forme de «harcèlement» politique à son égard.

Accusé de faire le «kéké sur le marché»

Plus tôt dans la journée, Éric Dupond-Moretti avait déjà eu maille à partir sur le marché de Péronne, alors qu’il démarchait les électeurs en compagnie d’Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l’Industrie, présente sur la liste LREM aux régionales.

Le député LFI François Ruffin avait alors accusé le garde des Sceaux de faire le «kéké sur le marché». L’élu avait encore pointé du doigt la présence d’Agnès Pannier-Runacher, prédisant une déroute à la liste LREM dans la région.

«Vous allez vous prendre une tôle! Il y a 50.000 emplois industriels qui ont disparu dans le pays, et qu’est-ce que vous faites? Vous êtes candidate pour faire 2% à l’arrivée!», avait ainsi déclaré François Ruffin face aux deux membres du gouvernement.

Une débâcle électorale plausible, à en croire un récent sondage Elabe pour BFM TV. Au premier tour des régionales, c’est en effet Xavier Bertrand qui fait aujourd’hui la course en tête (35%), suivi du candidat RN Sébastien Chenu (32%). Le favori d’Éric Dupond-Moretti et de la majorité, le secrétaire d'État chargé des Retraites Laurent Pietraszewski ne recueille que 11% des intentions de vote.

Lire aussi:

Le gouvernement fait revoter les députés en pleine nuit pour imposer le pass sanitaire à l’hôpital
Le parlement français adopte définitivement le projet de loi contre le séparatisme
L'efficacité du vaccin de Pfizer est tombée à 39% face au variant Delta, constate Israël
Tags:
Hauts-de-France, élections régionales, Rassemblement national (RN), François Ruffin, Eric Dupond-Moretti
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook