France
URL courte
Par
Élections régionales et départementales 2021 en France (62)
18448
S'abonner

Largement soutenue pendant cette campagne électorale par des personnalités politiques de divers horizons, Valérie Pécresse, la candidate à sa réélection en tant que présidente de la région Île-de-France, a été accusée par Jordan Bardella du RN de représenter «l’islamodroitisme».

Le débat d’entre-deux-tours en Île-de-France, quelques jours avant la tenue du second tour des régionales, a été marqué par une passe d’armes entre la présidente sortante de la région Valérie Pécresse, ancienne membre des Républicains (LR), et le vice-président du Rassemblement national (RN) Jordan Bardella.

«Mme Pécresse, vous avez beaucoup dénoncé pendant cette campagne l’islamogauchisme, mais personne ne parle de l’islamodroitisme et de votre véritable visage», a lancé le bras droit de Marine Le Pen.

Après avoir exprimé, en novembre 2020, son souhait de «débusquer les islamogauchistes» pendant les régionales, Valérie Pécresse avait également alerté sur le fait que voter pour La République en marche (LREM) ou le RN signifiait «prendre le risque de faire gagner cette gauche des "zadistes" ou des islamogauchistes», en affaiblissant son propre camp.

Sur le plateau de BFM TV, Jordan Bardella l’a ainsi accusée d’avoir comme tête de liste en Seine-Saint-Denis Bruno Beschizza, maire Les Républicains d'Aulnay-sous-Bois. Celui-ci, d’après M.Bardella, a «accordé durant son mandat des locaux publics à des prédicateurs radicaux, dont certains étaient proches des frères Kouachi». Une accusation à laquelle la candidate à sa réélection en Île-de-France a répondu:

«Moi j’ai des policiers sur ma liste, pas des mis en examen.»

«J’ai été pendant six ans harcelé par la majorité de Mme Pécresse», a poursuivi le vice-président du RN, «pour avoir dénoncé les compromissions de la droite avec les maires LR, les associations islamiques, j’ai gagné tous mes procès, que sa majorité m’a faits, j’ai été un lanceur d’alertes pendant cette mandature.»

Des soutiens accordés à Pécresse

Le vice-président du parti dirigé par Marine Le Pen a également pointé le large soutien reçu par Mme Pécresse durant ces régionales.

«M.Saint-Martin [Laurent Saint-Martin, LREM], je vois que vous venez au secours de Mme Pécresse. Je n'ai pas compris l'objet de votre présence ici. Il y a tellement de candidats macronistes qui soutiennent Mme Pécresse que vous faites franchement double emploi.»

M.Saint-Martin de LREM n’a eu que 11,7% des suffrages, selon les résultats du premier tour des régionales, face aux 36,1% qu’a obtenus Valérie Pécresse, arrivée en tête du scrutin.

La présidente sortante continue de recevoir des soutiens plutôt inattendus de la part de personnalités politiques diverses. Manuel Valls, ancien socialiste, ou encore Jean-Paul Huchon, ancien président socialiste de l’Île-de-France, viennent de lui annoncer leur soutien «sans hésitation».

Même cas pour le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, qui, en votant pour Mme Pécresse, veut «faire barrage à la gauche communautariste».

«Nous serons une assurance contre les compromissions, contre les dérives, comme je l’ai fait pendant six ans», a conclu M.Bardella, qui a reçu 13,1% de suffrages au premier tour.
Dossier:
Élections régionales et départementales 2021 en France (62)

Lire aussi:

Détention d’armes de guerre transformées: «il est plus facile de taper sur les tireurs que sur la délinquance»
Le gouvernement fait revoter les députés en pleine nuit pour imposer le pass sanitaire à l’hôpital
L'efficacité du vaccin de Pfizer est tombée à 39% face au variant Delta, constate Israël
Tags:
Régionales 2021 en France, Jordan Bardella, Valérie Pécresse
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook