France
URL courte
Par
456
S'abonner

La spectatrice à l'origine d'une chute collective lors de la première étape du Tour de France le 26 juin comparaîtra en octobre devant le tribunal correctionnel de Brest (Finistère) pour "mise en danger d'autrui" et "blessures involontaires", a annoncé vendredi le procureur.

Cette jeune femme de 30 ans, originaire du Nord-Finistère, s'était présentée à la gendarmerie de Landerneau mercredi avec son conjoint face au retentissement médiatique de ce qu'elle a présenté comme une "bêtise".

Elle avait brandi une pancarte au passage du peloton à 47 kilomètres de l'arrivée de l'étape reliant Brest à Landerneau. L'Allemand Tony Martin l'avait percutée, entraînant la chute spectaculaire de plusieurs dizaines de coureurs.

La pancarte, a-t-elle expliqué lors de sa garde à vue, était destinée à ses grands-parents ("Allez Opi Omi!" - "Papy" et "Mamie" en allemand).

La jeune femme a été présentée au parquet vendredi matin à l'issue de sa garde à vue.

Le 14 octobre, elle devra répondre en correctionnelle des chefs suivants : "mise en danger d’autrui par violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement" et "blessures involontaires ayant entraîné une incapacité de travail n’excédant pas trois mois", a précisé Camille Miansoni dans un communiqué.

La société organisatrice du Tour de France, qui avait déposé plainte, l'a finalement retirée jeudi.

Lire aussi:

L'efficacité du vaccin de Pfizer est tombée à 39% face au variant Delta, constate Israël
Le gouvernement fait revoter les députés en pleine nuit pour imposer le pass sanitaire à l’hôpital
Un système de DCA russe détruit l’ensemble des missiles israéliens ayant visé une ville syrienne
Tags:
France, Tour de France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook