France
URL courte
Par
15713
S'abonner

Que ce soit dans le domaine économique, social ou celui de l’accès au droit, les Français sont plus de 70% à estimer que les injustices ont augmenté, selon un nouveau sondage. En outre, plus de la moitié affirment en avoir fait eux-mêmes l’expérience.

Un sondage réalisé par l’Ifop pour le Conseil national des barreaux (CNB) vient de révéler que les Français sont très nombreux à réagir aux injustices au sein de la société et que celles-ci touchent toutes les catégories de la population sans distinction.

Plus de la moitié des Français ont fait l’expérience d’une injustice: 59% le ressentent souvent ou de temps en temps, contre 41% qui ont répondu «rarement» ou «jamais».

Les différences dans l'expérience du sentiment d'injustice sont particulièrement marquées chez les femmes (64%) et moins chez les hommes (55%). Elles le sont également entre les 65 ans et plus (44%) et tous les autres (plus de 60%).

Le niveau des injustices semble en outre être directement lié à la classe sociale. Si dans la catégorie aisée, ce chiffre est de 44%, il va croissant à mesure que les revenus des personnes interrogées baissent et constitue 58% et 57% pour les classes moyenne supérieure et moyenne inférieure, mais monte à 62% pour la catégorie modeste et atteint 79% pour la catégorie pauvre.

Les plus insupportables

Toujours selon les résultats du sondage, les injustices perçues comme les plus insupportables sont: ne pas manger à sa faim ou ne pas pouvoir nourrir convenablement ses enfants (67%); être discriminé en fonction de son origine, sa couleur de peau, son orientation sexuelle ou sa situation sociale (52%); l’insécurité dans son environnement quotidien (45%). La perte de l’emploi n’arrive qu’en sixième position.

Le niveau d’inquiétude ressort notamment dans les réponses à la question de savoir si les injustices augmentent ou diminuent. Ainsi, pour la grande majorité des sondés, elles vont croissant (71%). Seuls 7% des Français estiment qu’elles diminuent, tandis que 22% pensent qu’elles restent stables.

En outre, un Français sur trois (32%) a le sentiment que les injustices sont plus fortes dans son pays qu’ailleurs en Europe. Presque la moitié (46%) estime qu’elles sont tout aussi fortes, alors que 22% affirment qu’elles le sont moins.

Pour ce qui est des «territoires» français associés aux injustices, les personnes interrogées ont cité en premier lieu les banlieues (57%) et les campagnes (32%).

Selon un autre sondage réalisé également pour le CNB, mais par Odoxa et en mai dernier, 77% des Français ont le sentiment que les libertés et les droits fondamentaux ont tendance à reculer, un sentiment encore plus marqué en Outre-Mer (84%). En outre, plus d’un Français sur trois (37%) déclare qu’il est difficile de faire valoir ses droits là où il habite. Le chiffre est de 58% en Outre-Mer.

Les plus fortes

Dans le classement des domaines où les injustices sont les plus nombreuses, la palme revient à… la justice (44%). Elle est suivie des impôts et taxes (42%) puis du monde du travail et de l’entreprise (39%).

Le sondage est également révélateur des problèmes qui se retrouvent actuellement au centre de l’attention de la société, comme les inégalités hommes-femmes ou les logements squattés. Priés de donner une note au niveau d'injustice sur divers exemples, les Français se sont particulièrement indignés face aux situations où un enfant est harcelé à l’école par ses camarades, un propriétaire voit l’appartement qu’il loue occupé par des squatters et une femme qui à poste égal est moins bien payée qu’un de ses collègues homme.

L’enquête a été réalisée en ligne du 17 au 21 juin 2021 auprès d’un échantillon de 1.511 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Lire aussi:

«État Mafia»: des manifestants anti-pass s’en prennent à un pharmacien à Montpellier - vidéos
L’intrusion de gens du voyage met ce club du foot français dans une «situation catastrophique» - photos
Le pass sanitaire désormais obligatoire pour la pratique du football
Tags:
sondage, France, justice
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook