France
URL courte
Par
Campagne de vaccination contre le Covid-19 en France (149)
35391
S'abonner

Tout en rappelant que l’État fait les frais de la politique des tests PCR et antigènes gratuits «de convenance», Bruno Le Maire a souligné auprès du Parisien le fait que la croissance économique dépende de l’avancée de la campagne de vaccination.

Répondant à la question de savoir si l’économie française serait en mesure de résister face à une éventuelle quatrième vague de l’épidémie, Bruno Le Maire a avancé que la croissance dépendrait de la vaccination. À cet égard, il soutient l’idée de la vaccination obligatoire pour les soignants, laquelle avait été avancée par Jean Castex et fera l’objet d’un débat visant à élaborer un projet de loi.

«Pour certaines professions particulièrement exposées, comme les soignants, l’obligation de vaccination me paraît naturelle», a-t-il jugé dans une interview au Parisien.

Il a rappelé la situation dans les Landes, où le variant Delta est le plus observé par rapport à l’échelle nationale. En outre, le ministère de la Santé considère que la contamination par le Covid et la mort de deux personnes dans un Ehpad de ce département étaient notamment liées à une soignante non vaccinée.

M.Le Maire a tenu à souligner que la vaccination «garantit la sécurité de tous» et «permettra de retrouver le plus rapidement une vie normale, de la croissance, des emplois et de l’activité».

Ce que paye l’État

À ce titre, le ministre de l’Économie juge qu’«il faut en tirer les conséquences». Il a ajouté que «la politique de tests gratuits, multiples, et parfois de convenance pour les personnes qui refusent de se faire vacciner, ne peut pas être une réponse sanitaire adaptée».

«Je rappelle que les tests PCR et antigéniques gratuits coûtent près de 100 millions d’euros par semaine. Soit cinq milliards d’euros pour la seule année 2021.»

Il a expliqué qu’il évoquait cette somme importante «pour que chacun ouvre les yeux sur ce que représente en termes d’argent public la pratique des tests, qui sont parfois de convenance».

Quant à de possibles sanctions prévues pour ceux qui s’opposeront à cette obligation, Bruno Le Maire n’a pas de réponse à donner:

«Ce n’est pas à moi de le décider», précise-t-il. «En tant que ministre de l’Économie, je donne simplement le cadre qui doit permettre à notre économie de se redresser.»

Quid de la vaccination obligatoire généralisée?

Selon une étude réalisée par Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro et Franceinfo, la majorité des Français sondés sont pour la vaccination obligatoire des soignants. Plus précisément, 72% des répondants veulent que cette mesure soit obligatoire pour les professionnels de santé.

Après avoir promis, le 29 juin, que la France s’orienterait vers cela à défaut d’atteindre des chiffres suffisants, Olivier Véran est revenu sur le sujet le 2 juillet devant les journalistes. Il a assuré une fois de plus, que si «le débat est abordé pour les soignants, il ne l’est pas pour la population générale».

Cependant, Jean Castex avait indiqué dans sa lettre aux présidents de groupe à l’Assemblée nationale et aux associations d’élus:

«Vous voudrez bien m’indiquer également si vous estimez que cette obligation mériterait d'être étendue plus largement.»
Dossier:
Campagne de vaccination contre le Covid-19 en France (149)

Lire aussi:

La France constate une forte baisse du nombre de nouveaux cas quotidiens de Covid-19
Troisième dose de vaccin: «Cela fait partie du plan de développement économique et actionnarial des labos»
Darmanin proscrira les mains courantes pour lutter contre les violences conjugales: «Inutile mais, en plus, dangereux»
Tags:
vaccination, Covid-19, France, soignants, Bruno Le Maire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook