France
URL courte
Par
11346
S'abonner

Même si le variant Delta reste minoritaire en Île-de-France contrairement à toute une série d’autres départements, le directeur de l’ARS de la région francilienne pointe sa «progression très rapide» et veut appeler à «la responsabilité de chacun».

Si certains départements sont pour l’heure épargnés par le variant Delta, les autorités sanitaires appellent déjà à la vigilance. Des voix qui s’ajoutent aux incitations à se faire vacciner pour se protéger à la rentrée.

«Même si nous sommes sur des chiffres bas, les taux d’incidence et de positivité remontent, car ce variant est très contagieux», déplore le directeur de l’Agence régionale Santé Île-de-France, Aurélien Rousseau, pointant la «progression très rapide» de Delta dans cette zone.

En Île-de-France la présence de cette mutation indienne L452R reste minoritaire, selon les chiffres du 2 juillet: la proportion est de 17,6% dans l’Essonne ou encore de 49,6% dans les Hauts-de-Seine.

Après avoir exprimé il y a quelques jours son désarroi face au rythme lent de la vaccination, M.Rousseau tente de nouveau de convaincre la population de se faire immuniser.

«Pour éviter que l’on soit rattrapé par l’épidémie dès cet été, il faut se faire vacciner. Tout de suite!», a-t-il déclaré le 2 juillet sur son compte Twitter.

Pas de «dictature» ni de «culpabilisation»

Hier, le directeur de l’ARS Île-de-France a également épinglé ceux dénonçant la soi-disant «dictature» de la campagne vaccinale.

«Où est la dictature? Où est la culpabilisation? Juste des faits, de la transparence et, oui, un appel à la responsabilité de chacun», a-t-il avancé.

Plus tôt, il avait fait part des opérations «massives» de dépistage afin de «débusquer ce variant Delta» dès qu'un cluster était identifié.

«Tout se joue dans les quinze jours à venir»

Ce 4 juillet, le président de la stratégie vaccinale nationale Alain Fischer a également mis en garde contre une quatrième vague liée à ce variant:

«En se vaccinant aujourd'hui, on est protégé pour la rentrée. C'est-à-dire au moment où les modélisateurs craignent une quatrième vague liée à la fois au variant Delta, à la reprise des contacts, à la rentrée scolaire, au climat plus favorable au virus. Donc tout se joue dans les quinze jours à venir.»

Lire aussi:

Un Gilet jaune interpellé pour avoir remplacé le portrait de Macron par un QR code
Grève des sapeurs-pompiers: «Nous préférons attendre d’avoir des certitudes sur les vaccins»
Didier Raoult propose de se mettre de la vaseline dans le nez pour contrer le Covid-19
Tags:
Île-de-France, vaccination, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook