France
URL courte
Par
11418
S'abonner

La préfecture des Vosges a annoncé avoir détecté des cas positifs au variant Delta chez près d’une dizaine de supporters ayant assisté à un match de l’Euro en Hongrie. Le cluster du variant, dit indien, a poussé les autorités à adopter des mesures d’urgence.

Neuf jeunes supporters ayant assisté au match de football de l'Euro 2020 France-Portugal, qui s’est tenu en Hongrie le 23 juin, ont été testés positifs au variant Delta, a fait savoir la préfecture mercredi soir dans un communiqué.

Un seul cas ayant jusqu’ici été détecté dans les Vosges, il s’agit du premier foyer épidémique du variant indien (plus contagieux que les précédents) dans le département, souligne Vosges matin. Des mesures spécifiques de prévention d’urgence ont été mises en œuvre pour maîtriser la situation au sein des communes concernées, à savoir Le Thillot et Fresse-sur- Moselle.

​Elles prévoient des campagnes de tests antigéniques gratuits et sans ordonnance et une campagne de vaccination ciblée pour les personnes non vaccinées, sans rendez-vous.

Un stade aux mesures sanitaires manquantes

Même si la préfecture n’a pas encore confirmé que la contamination avait eu lieu dans le stade de Budapest où se tenait le match en question, cette version semble probable, car la jauge de présence à la Puskas Arena était à 100% et le port du masque n'était pas obligatoire.

D’autres foyers épidémiques se sont déclarés à la suite de rencontres de l’Euro, plusieurs contaminations ayant notamment été constatées lors de Danemark-Belgique à Copenhague le 17 juin. Les autorités sanitaires danoises ont alors appelé leurs 4.000 fans à faire un test PCR.

En outre, 1.991 résidents écossais diagnostiqués positifs au Covid-19 ont été identifiés comme ayant participé à des évènements liés à l’Euro, précise Libération.

Des variants toujours plus dangereux

Le porte-parole du gouvernement a indiqué fin juin à BFM TV que le variant Delta représentait «entre neuf et 10%» des nouveaux cas positifs sur le sol français. Gabriel Attal l’a jugé préoccupant, évoquant la prédominance de cette souche au Royaume-Uni (90% des cas positifs), en forte hausse.

Un nouveau variant, Epsilon du SRAS-CoV-2, découvert en Californie et repéré pour la première fois en 2020, s’avère être encore plus dangereux: il a appris à contourner les anticorps, selon les chercheurs de l'université de Washington et du laboratoire Vir Biotechnology. Grâce à ses mutations, ce variant, dit californien, contourne également les anticorps naturels qui surviennent chez l'homme après une infection au coronavirus.

Il serait 20% plus contagieux que la souche de Wuhan, selon les Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC). Epsilon a atteint l’Europe en 2021. Il était présent dans 34 pays au mois de mai, selon le magazine Science. Les premiers cas français ont été recensés en janvier en Alsace. Au total, sept ont été détectés en France, contre 37 au Danemark, 21 au Royaume-Uni, 10 en Allemagne, cinq aux Pays-Bas et quatre en Suisse, d’après le site GISAID.

Lire aussi:

Éboulement sur un chantier: un mort, le trafic TGV de Montparnasse interrompu
L'armée syrienne repousse une attaque aux missiles de l'aviation israélienne près de Damas
Vladimir Poutine s'exprime sur les nouvelles armes de la Marine russe
Tags:
variant Delta du Covid-19, Euro 2020, Covid-19, France, Vosges, santé
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook