France
URL courte
Par
6523145
S'abonner

Alors que le projet de loi confortant le principe de laïcité doit être adopté la semaine prochaine, Emmanuel Macron a-t-il fait un geste de prière lors de sa visite à Lourdes ce 16 juillet? Le photographe ayant pris le cliché polémique explique qu'il ne s'agissait que d'un salut à la foule.

Emmanuel Macron a été accueilli le 16 juillet au sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes, devenant le premier Président de la Cinquième République à visiter ce haut lieu du catholicisme. Rencontrant plusieurs dizaines de personnes massées sur l'esplanade, le chef de l’État a été photographié dans une position évoquant une prière. Un geste qui a été assimilé à un geste religieux, étant donné le lieu où il a été réalisé.

Repris par plusieurs médias, ce cliché a vu une polémique se déclencher sur les réseaux sociaux.

«Vous imaginez le Président de la République à genoux sur un tapis tourné vers La Mecque?», a lancé Adrien Quatennens. «Quand, dans le débat politique et médiatique, la laïcité se confond avec les obsessions contre les musulmans et la police du vêtement, à la fin, il n’y a plus de laïcité du tout...», a poursuivi le député La France insoumise.

Son indignation a été également partagée par d’autres membres de son parti, comme Manuel Bompard ou Bastien Lachaud.

Le photographe explique

Questionné sur Twitter par le producteur de cinéma français Hugues Charbonneau, l’auteur de l’image polémique a précisé les faits. Selon Ludovic Marin, photographe chez l’AFP, ce geste, également habituel en Asie, n’avait pas la moindre connotation religieuse.

«Le Président de la République se trouvait au sanctuaire de Lourdes et rencontrait les pèlerins présents qui souhaitaient le croiser. Des pèlerins, à une fenêtre au-dessus de moi, l’ont interpellé et salué. Il les a regardés, salués et remerciés par ce geste», explique-t-il.

​Une vidéo filmée et diffusée par l'agence Reuters confirme le récit du photographe.

Un plan d’action pour la laïcité

Le 15 juillet, Jean Castex a donné le coup d'envoi d'un premier comité interministériel de la laïcité, alors que le projet de loi confortant les principes républicains doit être adopté la semaine prochaine. La nouvelle instance sera chargée d'entériner un plan d'action en 17 mesures, comme la formation de tous les agents de la fonction publique aux principes de la laïcité, d'ici 2025.

Le projet de loi en cours d'adoption étend le principe de neutralité religieuse aux organismes ou entreprises délégataires de service public (transports, etc.) et crée un «déféré laïcité» qui permet aux préfets de saisir le juge administratif face à un acte d'une collectivité locale qu'ils estiment contraire aux principes de la laïcité, comme par exemple l'instauration d'horaires différenciés selon les genres dans les piscines.

Lire aussi:

Pass sanitaire: des sanctions «totalement disproportionnées» pour les récalcitrants?
L'efficacité du vaccin de Pfizer est tombée à 39% face au variant Delta, constate Israël
Le gouvernement fait revoter les députés en pleine nuit pour imposer le pass sanitaire à l’hôpital
Tags:
pèlerinage, Emmanuel Macron, Lourdes, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook