France
URL courte
Par
6113298
S'abonner

Appelant la population française à «regarder la réalité en face», le maire LR de Maisons-Laffitte a estimé auprès de CNews que personne ne pourra échapper à la vaccination, même ceux qui refusent le pass sanitaire. «Aujourd'hui ça éclate, il faut que ça se purge», a-t-il déclaré.

Les annonces d’Emmanuel Macron sur le durcissement des mesures sanitaires ont été soutenues par près de 400 élus locaux qui renforcent leurs appels à se faire vacciner, ce à quoi personne n’échappera, selon le maire Les Républicains (LR) de Maisons-Laffitte.

«Si certains ne veulent pas avoir de pass, qu’ils se vaccinent parce qu’ils n'y échapperont pas […]», a déclaré le 17 juillet Jacques Myard sur CNews. «Il faut que les Français regardent la réalité en face», a ajouté l’édile en critiquant la comparaison de la situation actuelle avec l’étoile jaune et la tyrannie.

Enfin, Jacques Myard a fait état d’un «ras-le-bol général» et d’un «ras-le-bol tourné vers ceux qui gouvernent»: «Aujourd'hui ça éclate, il faut que ça se purge», conclut-il.

«Le courage des décisions» prises par le chef de l’État et les «orientations économiques», annoncées le 12 juillet, ont été salués dans une tribune publiée le 18 juillet dans le Journal du dimanche et signée par 382 maires et responsables de collectivités territoriales de différentes sensibilités politiques, dont Christian Estrosi (ex-LR), Hubert Falco (ex-LR), Martine Vassal (LR) et François Rebsamen (Parti socialiste).

L’objectif de vacciner tous les Français a été jugé par les signataires «ambitieux, mais nécessaire».

Les incitations se multiplient

Divers collectifs de maires exhortent les citoyens à se faire administrer un vaccin et lancent des campagnes supplémentaires face à la propagation de façon exponentielle du variant Delta. C’est le cas de l'association des élus d'Île-de-France (AMIF) présidée par Stéphane Beaudet, le maire d’Évry-Courcouronnes.

Les habitants de la région ont été appelés à procéder à «ce geste citoyen» qui est «un devoir moral, plus que jamais nécessaire pour pouvoir envisager un avenir meilleur.

Parmi les édiles qui se sont engagés à promouvoir la vaccination auprès de leurs administrés figurent aussi la maire de Paimpol (Côtes-d’Armor), Fanny Chappé, et le maire de Chartres (Eure-et-Loir), Jean-Pierre Gorges, ville marquée par une baisse du rythme de la vaccination.

Une campagne intitulée “maires pour la vaccination” a été lancée par une douzaine d’élus. Paimpol, Saint-Avé (Morbihan), La Grande-Motte (Hérault) ou encore Trilport (Seine-et-Marne) y ont adhéré.

Quelques jours avant l’allocution du Président de la République, l’Association des maires ruraux de France s’était prononcée “pour la vaccination obligatoire pour tous” et “ne pas faire des oublis”. Selon son président, Michel Fournier, le vaccin pour tous est “la seule potentialité” de sortir de la pandémie.

Selon le ministère de la Santé, 37.544.220 personnes ont reçu au moins une injection (soit 55,7% de la population totale) et 30.339.179 personnes (soit 45% de la population totale) ont désormais un schéma vaccinal complet. Pour la première fois depuis plusieurs semaines, la France a enregistré le 18 juillet plus de 12.000 nouveaux cas de Covid-19, un chiffre qui inclut des données qui n'avaient pas été publiées samedi, ont souligné les autorités sanitaires.

Lire aussi:

Quand la CIA s’associe à l’Ukraine pour générer des fake news sur les «mercenaires russes»
Les chômeurs non vaccinés privés d’allocations en Autriche
La maison d’édition Nawa bientôt dissoute par Gérald Darmanin
La France rappelle ses ambassadeurs à Washington et Canberra pour consultations
Tags:
vaccination, maire, Ile-de-France, appel, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook