France
URL courte
Par
39557
S'abonner

Le gouvernement entend atteindre le cap des 75% de primovaccinés d’ici la fin août. Une course incertaine contre le variant Delta au vu des nombreux obstacles qui pourraient dans les prochaines semaines entraver la dynamique vaccinale. Sputnik fait le point avec la virologue Mylène Ogliastro.

50 millions de primovaccinés pour la fin août. À l’exemple de l’Angleterre, la France espère remporter grâce à la vaccination sa course contre le variant Delta. À l’heure actuelle, la couverture vaccinale pour les premières injections dépasse les 60% en France. Selon le dernier rapport de l’Institut Pasteur, la récente hausse de la couverture vaccinale sur tout le territoire pourrait éviter une quatrième vague très sévère. Ce qui n’est pas encore gagné.

Loin des 90% nécessaires

41 millions de Français ont donc déjà reçu leur première dose fin juillet. Pas de quoi empêcher le variant Delta de continuer sa circulation. Selon les derniers chiffres publiés par Santé publique France, ce sont 25.190 nouveaux cas qui ont été testés positifs au Covid-19 jeudi 29 juillet. De même que le nombre de patients en soins critiques a franchi de son côté la barre symbolique des 1000.

​Comme le souligne la virologue Mylène Ogliastro, plus un virus est transmissible, plus le nombre de personnes contaminées par une personne infectée est grand, plus la couverture vaccinale nécessaire à la protection du groupe devra être importante.

«Le variant Delta est environ trois fois plus transmissible que la souche initiale du SARS-CoV-2 qui s’est propagée en Europe. Cela a contraint à rehausser le nombre de personnes nécessaire à vacciner pour atteindre cette immunité collective», explique-t-elle au micro de Sputnik.

Raison pour laquelle plusieurs épidémiologistes et modélisateurs tablent aujourd’hui sur une vaccination de 90 à 95% de la population pour atteindre cette immunité collective.

C’est notamment le cas de l’Institut Pasteur qui, à la fin du mois de juin, évaluait dans ses modélisations la pertinence d’une vaccination à 90% des adultes d’ici septembre.

Et la virologue de comparer notre situation à celle du Royaume-Uni. Avec une campagne de vaccination débutée en décembre 2020, la Grande-Bretagne se retrouve aujourd’hui avec plus de 70% de la population ayant reçu une première dose. Pour Mylène Ogliastro, «le vaccin a probablement couru» après le variant Delta en raison d’une vaccination insuffisante au moment de la diffusion du variant au Royaume-Uni. Ce dernier, tout comme les Pays-Bas, connaît ces derniers jours une baisse sensible du nombre de cas Covid-19. Sans néanmoins que les épidémiologistes puissent associer cette décrue à la constitution d’une immunité collective.

Vaccination et gestes barrières

Avec son objectif de 50 millions de primovaccinés pour la fin de l’été, Paris entend donc, à l’exemple de Londres, doubler le variant Delta dans sa course. D’où l’annonce par le Premier ministre le 21 juillet dernier de l’ouverture de cinq millions de rendez-vous de vaccination. Précisément pour répondre efficacement à l’afflux de millions de Français dans les centres de vaccination amorcé après les annonces du 12 juillet d’Emmanuel Macron.

​Pour le moment, c’est à peine plus d’un Français sur deux qui est totalement vacciné en France. Or, un schéma vaccinal complet améliore la protection immunitaire contre le variant Delta quand, à l’inverse, une seule dose protège moins contre le virus. Ainsi, l’écart de trois semaines nécessaire entre les deux doses pourrait-il lui aussi porter préjudice à cette course contre la montre.

«Oui, tout cela va peser sur cette quatrième vague en cours, reconnaît Mylène Ogliastro. C’est pour cela qu’il faut aussi insister sur la nécessité de se faire tester et de respecter les gestes barrières, de manière à isoler rapidement les cas positifs à un niveau très local à même de limiter la dissémination du virus. Un risque particulièrement important en période de vacances et de grands brassages de population.»

Même son de cloche du côté de l’Institut Pasteur. Dans son dernier rapport en date du 26 juillet, il reconnaissait que l’accélération des vaccinations dans l’Hexagone (en moyenne 684.000 doses par jour durant la semaine du 16 au 22 juillet) pouvait «avoir un impact important sur la taille du pic épidémique». Jusqu’à diviser le maximum des hospitalisations par deux. L’Institut précise qu’une réduction du taux de transmission serait optimale «grâce notamment au maintien des gestes barrières, au port du masque et au pass sanitaire».

​Des modélisations qui ne sont pas des prédictions, comme l’a précisé à plusieurs reprises le modélisateur en chef de l’Institut Pasteur, Simon Cauchemez. Plusieurs inconnues pèsent encore dans la balance pour les semaines à venir, et notamment la proportion inquantifiable de la population toujours rétive à se faire vacciner. Selon les prévisions de Doctoblib néanmoins, le pari fixé par le gouvernement pour la fin août devrait être tenu et le cap des 50 millions de primo-vaccinations passé.

Lire aussi:

La France rappelle ses ambassadeurs à Washington et Canberra pour consultations
L'armée US reconnaît que sa dernière frappe à Kaboul était une erreur avec «un bilan tragique»
Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Tags:
passeport sanitaire, vaccination, variant Delta du Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook