France
URL courte
Par
14121418
S'abonner

L’accès à une troisième dose de vaccin pour certaines catégories de la population ayant fait l’objet de discussions ces dernières semaines, Emmanuel Macron vient de confirmer la mise en place d'une campagne de rappel vaccinal à partir de la rentrée pour les plus vulnérables.

Se penchant aujourd’hui sur le pass sanitaire étendu depuis peu, sur la situation préoccupante des hôpitaux du Sud de la France ou encore sur la flambée des cas aux Antilles, le Conseil de Défense sanitaire a également abordé le sujet de la troisième dose pour certaines tranches de la population.

Plus tôt, le président de la campagne vaccinale Alain Fischer avait fait savoir qu’un arbitrage sur ce dossier était attendu pour ce 11 août. Emmanuel Macron l’a confirmé: dès la rentrée, une campagne de rappel vaccinal, avec une troisième dose pour les plus de 80 ans et les personnes particulièrement vulnérables, sera mise en place.

Dans un entretien à Franceinfo, Alain Fischer a préconisé cette mesure, estimant que les projets du gouvernement de vacciner 50 millions de Français avec au moins une dose d’ici la fin de l’été semblaient réalistes.

«Nous avons proposé que dès la rentrée, les personnes les plus fragiles, les plus vulnérables, en gros, les personnes âgées de plus de 80 ans, en particulier celles qui résident en Ehpad et qui ont été les toutes premières vaccinées fin décembre et au mois de janvier dernier, et d'autre part, les malades extrêmement fragiles, immunodéprimés, puissent bénéficier d’un rappel très vite, sans attendre», a précisé ce 11 août le «Monsieur Vaccin» du gouvernement.

Selon le ministère de la Santé, face à un possible «affaiblissement des réflexes immunitaires» chez certaines catégories de vaccinés «autour de neuf mois après la première injection», «il sera possiblement nécessaire de revacciner un certain nombre de personnes de type résidents d'Ehpad, personnes de plus de 80 ans, personnes à très haut risque de forme grave, dès neuf mois après leur première injection, ce qui possiblement pourrait avoir lieu dès septembre».

Un moratoire réclamé

Le Président de la République avait commencé à évoquer cette mesure dès la mi-juillet, ceci à l’instar d’«autres pays européens».

En Allemagne, en premier lieu, le rappel concernera les personnes vulnérables et celles ayant reçu les vaccins d’AstraZeneca ou de Johnson & Johnson. Ces citoyens obtiendront une dose de vaccin de Moderna ou de Pfizer. Le Royaume-Uni y songe aussi.

Israël a quant à lui déjà commencé la campagne de rappel afin d’endiguer la propagation du variant Delta. En Russie, certains optent pour la revaccination avec une troisième dose si le nombre d'anticorps chute environ six mois après le schéma complet de vaccination, selon des médias locaux qui relatent certains parcours. Selon le directeur adjoint du centre Gamaleïa, concepteur du Spoutnik V, la vaccination avec la troisième dose de ce remède est sûre. Le ministère russe de la Santé recommande la revaccination avec le Spoutnik Light qui est un remède unidose.

Or, craignant un manque de doses pour toute la planète, l’OMS a réclamé début août un moratoire sur les doses de rappel, «au moins jusqu'à la fin septembre», selon le directeur de l’organisation Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Ainsi, les groupes pharmaceutiques ont été invités à ne pas traiter en priorité les demandes de troisièmes doses, puisqu’il était nécessaire de passer «d'une majorité de vaccins allant vers les pays riches à une majorité allant vers les pays pauvres».

Lire aussi:

Sous-marins: «trahison» pour le ministère des Armées, mais pas de «catastrophe industrielle» pour Le Maire
Sous-marins australiens: la Russie tourne la France en dérision en rappelant les Mistral
Macron évoque la possibilité de «lever le pass» dans certains territoires
Tags:
Emmanuel Macron, vaccin, vaccination, Spoutnik V, OMS, Russie, Alain Fischer
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook