France
URL courte
Par
2249131
S'abonner

Plusieurs pays ont déjà annoncé qu'ils ne comptaient pas participer à la prochaine session, dont l'Australie, l'Autriche, le Canada, les États-Unis, la Hongrie, Israël, les Pays-Bas, la République tchèque et le Royaume-Uni.

Emmanuel Macron ne participera pas cette année à la conférence de l'Onu sur le racisme, dite «conférence de Durban IV», a fait savoir l'Élysée vendredi.

«Préoccupé par l'historique des déclarations antisémites prononcées dans le cadre de la conférence des Nations unies sur le racisme, dite conférence de Durban, le Président de la République a décidé que la France ne participerait pas à la conférence de suivi qui aura lieu cette année», a précisé la présidence de la République.

En septembre 2021, dans le cadre de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York, une journée doit être consacrée à une séance marquant le 20e anniversaire de la Conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l'intolérance qui s'est tenue à Durban (Afrique du Sud) en 2001.

La première édition de ce forum avait été marquée par le retrait d'Israël et des États-Unis, après que des pays arabes ont tenté d'y assimiler le sionisme au racisme.

La seconde édition, en 2011 à Genève, déjà boycottée par plusieurs pays, avait vu les représentants des pays européens quitter la salle de conférence lors d'un discours anti-israélien prononcé à la tribune par le président iranien de l'époque, Mahmoud Ahmadinejad.

Plusieurs pays ont déjà annoncé qu'ils ne comptaient pas participer à la prochaine session, dont l'Australie, l'Autriche, le Canada, les États-Unis, la Hongrie, Israël, les Pays-Bas, la République tchèque et le Royaume-Uni.

Lire aussi:

Sous-marins: «trahison» pour le ministère des Armées, mais pas de «catastrophe industrielle» pour Le Maire
Sous-marins australiens: la Russie tourne la France en dérision en rappelant les Mistral
Macron évoque la possibilité de «lever le pass» dans certains territoires
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook