France
URL courte
Par
24341
S'abonner

Le variant Delta conduit à des bilans inquiétants dans quatre des cinq départements d’outre-mer, dont la Martinique qui a vu ses hôpitaux déborder. Dans une interview à Europe 1, la ministre des Armées a mis en valeur le renfort de 50 militaires envoyés pour y déployer de nouveaux lits de réanimation.

La recrudescence épidémique en Martinique fait saturer les hôpitaux locaux. Pour y remédier, l'armée a déployé depuis le 9 août des capacités hospitalières d'urgence avec 10 lits de réanimation dans le CHU de Fort-de-France. Invitée samedi 14 août sur Europe 1, Florence Parly a salué «un effort logistique important».

«Nous avons déployé d'abord une cinquantaine de nos personnels du service de santé des armées pour déployer cinq lits de réanimation avec tout le matériel, mais surtout tout le personnel», explique-t-elle, ajoutant que 10 lits installés sont déjà occupés.

Elle a promis de «doubler cet effort» depuis le début de la semaine prochaine en précisant que «20 lits de réanimation supplémentaires vont être mis à disposition du CHU de Fort-de-France» et que la Martinique va bénéficier d’un renfort de près de 80 personnes au total. «Les derniers renforts sont en train de partir en ce moment», poursuit-elle.

La ministre des Armées souligne que malgré l'éloignement de la métropole «les armées sont là pour faire face à tous ces aléas». «Leur mission est de protéger les populations, de venir à leur secours en cas de problème».

Elle rappelle la participation importante des armées depuis la crise sanitaire, citant à titre d’exemple le premier déploiement d’un élément militaire de réanimation (EMR) à Mulhouse dans le cadre de l'opération Résilience, créée par Emmanuel Macron en mars 2020.

«Depuis, les armées n'ont jamais cessé d'apporter leur soutien. Les armées sont aussi intervenues sur le territoire métropolitain pour assumer des fonctions de logistique, notamment pour participer à la campagne de vaccination qui a lieu à l'heure actuelle», note-t-elle auprès de la radio.

L’outre-mer sous tension

Cette déclaration intervient alors que la plupart des départements d’outre-mer, dont la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane, et La Réunion, font face à une situation épidémique inquiétante.

La Guadeloupe recensait un taux d’incidence très élevé durant la semaine du 4 au 10 août. Au total, 2130,4 personnes ont été testées positives sur une population de 100.000 habitants en sept jours, indique Santé publique France.

Le 13 août, 289 hospitalisations en lien avec le Covid-19 y étaient enregistrées, dont 54 en réanimation ou en soins intensifs. En Martinique où le taux d'incidence est de 1.164, 360 personnes ont été hospitalisées, dont 60 en réanimation ou en soins intensifs.

La situation «dramatique» de ces départements a été même évoquée le 11 août par Emmanuel Macron, lequel a appelé à la «solidarité inconditionnelle de la Nation».

Le 13 août, en Guyane, où le taux d’incidence était de 290,7 du 4 au 10 août, 80 personnes ont été hospitalisées (dont 22 en réanimation ou en soins intensifs) alors que La Réunion, avec un taux d’incidence de 372,5, en recensait 188 (dont 51 en réanimation ou en soins intensifs), mentionne Santé publique France.

Pour freiner la propagation du Covid-19, l’État et les autorités sanitaires prennent de nouveau des mesures de restriction.

Lire aussi:

Pas si brouillés? Mélenchon était bien présent aux cinquante ans d’Éric Zemmour
Macron demande pardon aux harkis, il est interrompu en plein discours - vidéo
«Le Pr Raoult est responsable de milliers de décès évitables dans les pays francophones», selon un microbiologiste belge
Tags:
Florence Parly, Martinique, Covid-19, Départements d'Outre-mer
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook