France
URL courte
Par
131184
S'abonner

À la veille du septième samedi de mobilisation contre le pass sanitaire et l’obligation vaccinale pour les personnels en contact avec le public, les soignants refusent d’y participer. Une membre du collectif inter-hôpitaux, pourtant descendue dans la rue pour défendre l’hôpital public, dénonce les amalgames dans les manifestations du samedi.

Les opposants à l’obligation vaccinale et le pass sanitaire s’apprêtent à battre le pavé pour le septième samedi consécutif. Même si le mouvement rassemble de plus en plus de courants politiques et contestataires, ils peinent à recruter parmi les organisations de défense des soignants.

Parmi elles, le collectif inter-hôpitaux refuse de se joindre au mouvement anti-pass sanitaire, souhaitant préserver le sens de son message au gouvernement. L’une de ses membres, Sylvie Pécard, a commencé à descendre dans la rue fin 2019 pour défendre l’hôpital public, exigeant à cor et à cri des moyens techniques et budgétaires supplémentaires. Au micro de Sputnik, cette infirmière de nuit de l’Hôpital Saint-Louis à Paris reste fidèle à ses prises de position et explique son refus de manifester aux côtés des opposants au pass sanitaire.

«Il ne faut pas confondre le pass sanitaire et la défense de l’hôpital public, l’obligation vaccinale pour les soignants. On a manifesté bien avant. Notre collectif a existé bien avant la crise sanitaire», souligne Sylvie Pécard.

Lire aussi:

Sous-marins australiens: «Ce qu'il vient de se passer» pèsera sur l’avenir de l’Otan, selon Le Drian
Une voiture fonce sur une terrasse en centre-ville de Fontainebleau, plusieurs blessés
Véran confirme un possible allégement concernant le pass sanitaire
Tags:
vaccination, obligation vaccinale, hôpital, Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), manifestation
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook