France
URL courte
Par
4164
S'abonner

Les militaires, qui ont arrêté le Président guinéen Alpha Condé et décidé la dissolution de la Constitution et des institutions de l’État ont annoncé, le 5 septembre, l'instauration d'un couvre-feu dans tout le pays «jusqu'à nouvel ordre» ainsi que le remplacement des gouverneurs et préfets par des militaires dans les régions.

Les auteurs de ce coup de force ont aussi dit convoquer les ministres sortants et les présidents des institutions à une réunion lundi à 11H00 (locales et GMT) à Conakry, dans un communiqué qu'ils ont lu dans la soirée à la télévision nationale.

«Le couvre-feu est instauré à partir de 20H00 sur toute l'étendue du territoire national et ce jusqu'à nouvel ordre», ont annoncé les militaires. Ils ont, cependant, appelé les fonctionnaires à se rendre au travail lundi.

De même, ils ont pressé «toutes les unités (militaires) de l'intérieur (du pays) de garder la sérénité et d'éviter les mouvements vers Conakry».

Ils ont aussi dit vouloir «rassurer la communauté nationale et internationale que l'intégrité physique et morale de l'ancien Président n'est pas engagée». «Nous avons pris toutes les mesures pour qu'il ait accès à des soins de santé», ont-ils indiqué.

Des militaires guinéens ont annoncé, dimanche, avoir arrêté le Président de la Guinée Conakry, Alpha Condé, gelé la Constitution, dissous le gouvernement et les institutions et fermé les frontières terrestres et aériennes du pays.

Les auteurs de ce coup de force justifient leur action par «la situation politique et économique de la Guinée, le blocage des institutions du pays, l'exploitation de la justice, la violation des droits des citoyens, la corruption financière et la propagation de la pauvreté», selon des sources médiatiques.

Lire aussi:

Pas si brouillés? Mélenchon était bien présent aux cinquante ans d’Éric Zemmour
Macron demande pardon aux harkis, il est interrompu en plein discours - vidéo
«Le Pr Raoult est responsable de milliers de décès évitables dans les pays francophones», selon un microbiologiste belge
Tags:
Guinée-Conakry, couvre-feu, coup d'Etat
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook