France
URL courte
Par
262145
S'abonner

Un sondage Ifop donne ses chances à Xavier Bertrand en 2022 contre Emmanuel Macron. Mais encore faut-il que le président des Hauts-de-France passe le premier tour. Éric Zemmour pourrait l’en empêcher.

À sept mois de l’élection présidentielle, l’éventail des candidats commence à s’éclaircir et les sondages se multiplient. La droite, qui se cherche toujours un champion, tirera peut-être quelques enseignements d’une récente enquête Ifop-Fiducial pour Le Figaro.

Celle-ci donne Marine Le Pen et Emmanuel Macron au coude-à-coude dans les intentions de vote au premier tour, dans tous les cas de figure. Mais paradoxalement, si un candidat de la droite arrivait à se hisser au second tour contre le président sortant, il pourrait faire bonne figure, voire l’emporter. C’est particulièrement le cas pour Xavier Bertrand, qui battrait Emmanuel Macron avec 53% des suffrages. Valérie Pécresse ferait quant à elle jeu égal avec le chef de l’État sortant (50%).

Une étrange configuration, qui pourrait s’expliquer par une envie de «dégagisme» chez certains électeurs, y compris ceux ne venant pas de droite, comme l’explique au Figaro Bruno Cautrès, chercheur au CNRS et au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF).

«Pour le second tour, des électeurs qui ne sont pas de droite ou de centre droit pourraient voter Valérie Pécresse ou Xavier Bertrand pour sanctionner Emmanuel Macron», affirme ainsi le politologue au quotidien.

La marche pour accéder au second tour semble cependant haute pour le potentiel candidat de la droite. Xavier Bertrand est ainsi crédité de 17% et Valérie Pécresse de 14%, soit entre huit et 10 points derrière le duo Macron-Le Pen, selon les configurations.

Zemmour grignote à droite

L’équation se complique encore pour les deux personnalités de droite dans le cas d’une candidature d’Éric Zemmour. Le polémiste de CNews fait en effet chuter de deux points les intentions de vote de Xavier Bertrand et de Valérie Pécresse. Jusqu’à menacer la troisième place de cette dernière.

«Si l'on applique le calcul des marges d'erreur, cela peut vouloir dire qu'un Jean-Luc Mélenchon en forme fait peut-être presque jeu égal avec une Valérie Pécresse en petite forme en cas de candidature d'Éric Zemmour», affirme Bruno Cautrès au Figaro.

Éric Zemmour lui-même est crédité de 6 à 7% des suffrages au premier tour, talonnant Anne Hidalgo.

S’il ne s’est pas encore déclaré ouvertement candidat, l’essayiste ne laisse en tout cas personne indifférent. Du côté de la majorité, plusieurs ministres semblent déjà l’avoir dans le viseur, comme Marlène Schiappa qui l’a récemment accusé de tenir des «propos de plus en plus extrémistes» pour concurrencer Marine Le Pen. Le Premier ministre Jean Castex a quant à lui reproché au polémiste de miser sur «le déclin de la France».

À droite, la frange conservatrice de LR semble néanmoins séduite par les discours de l’éditorialiste, et certains élus pourraient le soutenir. Le courant passe au contraire plus difficilement avec certains cadres du RN, alors que beaucoup d’observateurs pensent Éric Zemmour capable d’aller marcher sur les platebandes de Marine Le Pen.

Lors d’une récente conférence dans le Vaucluse, l’essayiste avait d’ailleurs déclaré que la chef de file du RN ne «gagnerait jamais» une élection présidentielle.

Lire aussi:

Pas si brouillés? Mélenchon était bien présent aux cinquante ans d’Éric Zemmour
Macron demande pardon aux harkis, il est interrompu en plein discours - vidéo
«Le Pr Raoult est responsable de milliers de décès évitables dans les pays francophones», selon un microbiologiste belge
Tags:
Xavier Bertrand, sondage, élection présidentielle, Eric Zemmour, Valérie Pécresse
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook