Ecoutez Radio Sputnik
    Les yetis de l'Altaï menacent les ours du Kouzbass

    Les yetis de l'Altaï menacent les ours du Kouzbass

    Insolite
    URL courte
    0 1611

    La faute est aux incendies de forêt

    Les yetis (hommes des neiges) de l'Altaï se sont précipités dans le Kouzbass (Sibérie occidentale) à cause des incendies de forêt qui ont fait rage cet été. A présent, les hominidés "font la guerre" aux ours et leur enlèvent la nourriture, affirment les participants à une expédition intitulée "A la recherche de l'homme des neiges" qui vient d'achever ses travaux à Gornaïa Choria (la Chorie montagneuse).

    Cet être mystérieux agite l'imagination des hommes depuis des dizaines d'années. On cherche des traces de l'homme des neiges à travers le monde entier : au Canada et en Europe, en Mongolie et en Azerbaïdjan, au Tadjikistan et en Russie. Il existe même une photo des restes congelés d'un hominidé découverts au Tibet.

    Et ce, sans parler de ses nombreuses traces (pistes particulières, huttes gigantesques dans la forêt, moulages de pied et fragments de cheveux). Le yeti a même été filmé le 20 octobre 1967, dans le nord de la Californie. Or, le fameux film de Roger Patterson reste controversé.

    L'expédition intitulée "A la recherche de l'homme des neiges" s'est rendue pour la troisième fois à Gornaïa Choria (la Chorie montagneuse), région de la taïga sibérienne. Les hommes des neiges y laissent des traces et font la guerre aux ours, a raconté à la Voix de la Russie Igor Bourtsev, directeur du  Centre international d'hominologie, rentré de cette région.

    "Dans la forêt, ils confectionnent des bâtisses de trois à quatre mètres à l'aide de tronc d'arbres, de bâtons, de branches sèches de différentes tailles, ou bien des constructions de 30 cm, ressemblant à de petites pyramides, a-t-il fait savoir. Parfois ils recourbent ou tordent des troncs d'arbres. L'homme est incapable de le faire car cela nécessite trop de force, et les ours ne le font jamais. On croyait d'abord qu'il s'agissait d'abris mais en fin de compte, on a compris que ce n'étaient que des repères".

    Ces repères aident le bigfoot (un autre nom du yeti) à marquer son territoire et à communiquer avec ses semblables, dit Igor Bourtsev. Selon lui, les hominidés du territoire de l'Altaï, victime de grands incendies de l'été 2010, sont venus à Gornaïa Choria. Il a réussi à parler à des gens ayant rencontré des yetis.

    "Ils sont des maîtres de la forêt, raconte le spécialiste. Tous les bêtes lui sont soumis. Il peut même venir à bout d'un ours. Il n'a pas peur des bêtes car il est un puissant hypnotiseur".

    Aujourd'hui, souligne Igor Bourtsev, il existe une concurrence entre espèces dans la taïga de Gornaïa Choria. Les hommes des neiges l'emportent sur les ours, car ils sont plus astucieux et plus forts, ils ont des germes d'intelligence, à la différence des ours.

    En octobre et novembre, la lutte entre espèces serait encore plus acharnée, car la nourriture commencera à manquer dans la taïga. Les ours risquent de ne pas engraisser et de ne pas hiberner, et les habitants des villages de la taïga peuvent être confrontés à de graves problèmes : les animaux affamés viendront chercher de la nourriture chez eux.

    L'administration de cette région sibérienne peuplée désormais par des yetis (à en croire les membres de l'expédition) envisage d'analyser les observations des scientifiques et de nourrir les ours confrontés à une invasion de yetis. Les autochtones ont déjà appris à communiquer avec les hommes des neiges : ils leur laissent des chocolats et leur parlent mentalement, car les yetis sont des télépathes, assure Igor Bourtsev.

    "Nous avons également appris que ces êtres peuvent parler. C'est une langue altérée de l'homme mais qui se laisse comprendre. C'est pourquoi nous pensons qu'il s'agit d'un homme, quoique d'une autre espèce".

    Lire aussi:

    Quand une promenade à vélo tourne en rencontre terrifiante (vidéo)
    La danse endiablée de l’ours Férapont laisse les internautes bouche bée (vidéo)
    Train rapide vs les congères
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik