Ecoutez Radio Sputnik
    Un chien

    Cynophagie: pourquoi les Chinois mangent-ils du chien?

    © Flickr / Lon Martin
    Insolite
    URL courte
    1133
    S'abonner

    Après avoir étudié les rites chinois du Néolithique, une chercheuse russe de l’Université de Novossibirsk, Maria Koudinova, a découvert quand et pourquoi la pratique de manger du chien est devenue courante en Chine, annonce le porte-parole de l’Université.

    "La pratique de manger du chien puise probablement ses racines dans le Paléolithique supérieur. Alors que les premières preuves archéologiques de la domestication du chien et de l'utilisation de sa viande à des fins gastronomiques remontent à 8-9.000 ans avant notre ère, les croyances rituelles associées ne sont apparues sans aucun doute qu'au Néolithique, soit 7.000 ans avant notre ère", explique Mme Koudinova.

    D'après la chercheuse, les Proto-Chinois considéreraient le chien à la fois comme gardien et comme compagnon. Même après la mort de son maître il continuait à veiller sur lui, ce dont témoignent les ossements retrouvés dans plusieurs tombeaux et habitats humains.

    Les ossements étaient placés dans des récipients spéciaux, et, selon les scientifiques, la viande devait être utilisée lors de certains sacrifices rituels devenus très répandus à l'Age du bronze, soit aux XVI-XIe siècles avant notre ère.

    "A l'époque, la fosse d'ancrage était devenue une pratique habituelle. Le chien était placé au milieu de la fosse creusée dans une tombe et on plaçait le défunt juste au-dessus. Détail intéressant: d'après les archéologues chinois chargés des fouilles, l'âge des chiens enterrés s'étale entre 3 mois et 1.5 ans. Tout cela laisse supposer que le chien n'était pas tant considéré comme gardien que comme animal de sacrifice, destiné aux esprits des lieux", fait remarquer la chercheuse.

    Au fil des siècles, cette pratique a commencé à tomber dans l'oubli, si bien qu'entre le IIIe siècle avant notre ère et le IIIe siècle de notre ère, les Chinois ont remplacé les animaux par des figurines en argile. La signification initiale des rites, quant à elle, ne s'est guère non plus perpétuée: le chien est devenu avec le temps un symbole du statut social de son propriétaire.

    Par la suite, des statues en pierre représentant, entre autres, des chiens s'érigeaient sur les tombeaux en guise de pierre tombale. Cette pratique existe toujours sur la péninsule de Leizhou, située sur les bords de la mer de Chine méridionale. Cette région regorge de représentations du chien: au moins 10.000 statues se dressent dans les cimetières, aux croisements des routes et près des temples.

     

    Lire aussi:

    Heureux comme un cochon en Espagne
    Des tortues chinoises menacent les Etats-Unis
    Livre Guinness 2016: les animaux à l’honneur
    Tags:
    préhistoire, histoire, archéologie, chiens, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik