Ecoutez Radio Sputnik
    Fumier séché

    Turquie: le fumier, alternative au gaz russe?

    © Sputnik . Igor Mihalev
    Insolite
    URL courte
    57322

    "Dans le contexte actuel, le fumier séché revêt une importance symbolique et ironique", selon un vice-premier ministre turc.

    L'idée d'utiliser du fumier séché au lieu du gaz russe pour se chauffer est une "belle réaction spontanée" qui revêt une "importance symbolique et ironique", estime le vice-premier ministre turc Numan Kurtulmus. Il espère cependant que cette mesure ne sera pas nécessaire.

    "Un habitant d'Erzurum (est) a proposé, en réponse aux mesures adoptées par la Russie (à l'égard de la Turquie, ndlr.), de renoncer au gaz russe pour extraire de l'énergie du fumier séché. C'est une belle réaction spontanée de notre bon citoyen. Dans le contexte actuel, le fumier séché revêt une importance symbolique et ironique. Mais il s'agit aussi d'un exemple d'endurance et de préparation aux difficultés de notre peuple héroïque. Mais je suis certain que cela ne sera pas nécessaire", a-t-il déclaré à la chaîne TGRT.

    A l'heure actuelle, la Russie est un des principaux fournisseurs de gaz en Turquie. Mais les relations entre Moscou et Ankara traversent une mauvaise passe après l'épisode de l'avion russe Su-24 abattu le 24 novembre par un chasseur turc F-16. Cette attaque a été qualifiée de "coup dans le dos" par le président russe Vladimir Poutine. La Russie a adopté en riposte une série de mesures, notamment économiques, à l'égard de la Turquie.

    Les négociations intergouvernementales entre la Russie et la Turquie sur le projet de gazoduc Turkish Stream, censé relier les deux pays par la mer Noire, ont été suspendues, a fait savoir jeudi le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak.

    Lire aussi:

    Suspension des négociations russo-turques sur le gazoduc Turkish Stream
    Poutine: les Turcs "vont regretter ce qu'ils ont fait"
    Général français: il faut mettre la Turquie devant ses responsabilités
    Trafic de pétrole avec l'EI: le Pentagone dément l'implication de la Turquie
    Tags:
    gaz, Russie, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik